Etats-Unis : Kevin Benderman PRISONNIER D’OPINION

AMR 51/142/2006

Informations complémentaires sur l’AU 208/05 (AMR 51/123/2005 du 9 août 2005) et ses mises à jour (AMR 51/137/2005 du 5 septembre 2005 et AMR 51/083/2006 du 23 mai 2006)

PRISONNIER D’OPINION

Etats-Unis : Kevin Benderman (h)

Londres, le 5 septembre 2006

Kevin Benderman a été libéré du centre de détention militaire de Fort Lewis le 18 août 2006, après avoir purgé douze mois d’une peine de quinze mois d’emprisonnement pour avoir refusé de combattre aux côtés de l’armée américaine en Irak. La procédure de recours qu’il a engagée contre sa déclaration de culpabilité est toujours en cours.

Kevin Benderman, qu’Amnesty International considérait comme un prisonnier d’opinion, était privé de liberté depuis le 1er août 2005. Il était mécanicien dans l’armée depuis dix ans lorsqu’il a exprimé son objection à la guerre en Irak, après avoir étudié la Bible et le Coran et en raison de diverses expériences qu’il a vécues dans sa carrière de militaire. Sa demande de reconnaissance du statut d’objecteur de conscience a été rejetée et il avait été traduit en cour martiale puis condamné à quinze mois d’emprisonnement.
Le 5 septembre, dans un courrier électronique à Amnesty International, Kevin et son épouse Monica ont écrit :

« À l’intention des membres d’Amnesty International […] Kevin et Monica tiennent à vous remercier du soutien inestimable que vous leur avez apporté au cours des deux dernières années. Nous avons vécu une expérience incroyable – difficile et frustrante, mais relativement enrichissante […] MERCI de votre soutien – votre action a fait changer le cours des choses et nous vous sommes très reconnaissants. »

Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.
Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du Réseau Actions urgentes.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !