ÉTHIOPIE : 250 personnes arrêtées pour des raisons politiques Détention sans inculpation/Craintes de torture ou de mauvais traitements

AFR 25/035/2006

Informations complémentaires sur l’AU 233/06 (AFR 25/025/2006, 30 août 2006)

Détention sans inculpation/Craintes de torture ou de mauvais traitements

ÉTHIOPIE : Belama Nigga (h) ]
Chale Nigga (f) ]
Gaddise Dagafa (f) ]
Imabet Taressa (f) ] lycéens
Tadalu Nigga (f) ]
Tafarra Galasaa (h) ]
Zannu Nigga (f) ]

Irena Iticha (h), député du Congrès national oromo (CNO)
Dejene Chimdi (h)
ainsi qu’au moins deux personnes âgées de plus de soixante-dix ans
et la population civile du district de Tukur Inchinni, dans la région d’Oromia

2 novembre 2006

Amnesty International a appris que les hommes et les femmes nommés ci-dessus, qui figuraient parmi quelque 250 personnes arrêtées pour des raisons politiques dans le district de Tukur Inchinni (région d’Oromia) le 30 août, avaient été libérés sous caution en octobre et n’avaient pas été inculpés. On ignore si des charges seront retenues contre eux dans un avenir proche en vue d’un procès. Selon les informations recueillies, toutes les personnes appréhendées le 30 août ont ainsi bénéficié d’une remise en liberté provisoire. Amnesty International pense que les appels envoyés par le Réseau AU sont pour beaucoup dans cette libération.

L’organisation de défense des droits humains pense que les membres de ce groupe ont été arrêtés en raison de leurs liens présumés avec le Front de libération oromo (FLO), qu’ils ont niés. Un conflit oppose ce dernier au gouvernement éthiopien depuis 1993. Ces deux dernières années, plusieurs cas similaires d’arrestations arbitraires ont été signalés dans la région d’Oromia. Selon certaines sources, certaines des personnes placées en détention ont été torturées, voire tuées.

Merci à tous ceux qui ont envoyé des appels en faveur de ces personnes. Amnesty International continuera à surveiller leur situation de près. Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du Réseau Actions urgentes pour le moment.

Le réseau des actions urgentes (AU) a proposé un nombre particulièrement élevé d’actions cette année et la liste n’est pas encore finie ! Fin juin, nous comptions pour 2006 183 AU et 165 mises à jour visant près de 60 pays et mettant en lumière des dizaines de sujets de préoccupation. Côté résultats, plus de 50 AU lancées cette année sont déjà closes dont une grande partie a connu un dénouement positif. Les sujets de préoccupation les plus traités cette année ont été :« craintes pour la sécurité », « craintes de tortures », « mauvais traitement », « peine de mort » et « détention au secret ». Cependant, le réseau des AU continue d’élargir le champ des motifs d’intervention : « privation de nourriture », « santé », « expulsions », etc.
Quelques bonnes nouvelles !
Burundi — libération de deux détenus : Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, membres de l’AC Génocide Cirimoso, qui s’efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi, ont été libérés, aucune charge n’ayant été retenue contre eux (AFR 16/0082006).Brésil — Maria Aparecida Denadai n’est plus en danger  : grâce à la campagne menée en sa faveur, elle peut aujourd’hui bénéficier d’une protection policière suffisante et adaptée (AMR 19/004/2006).

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.