INDE : Leitangthem Umakanta Meitei et Yengkokpam Langamba Meitei CRAINTES POUR LA SÉCURITÉ / TORTURE

ASA 20/028/2006

Informations complémentaires sur l’AU 228/06 (ASA 20/020/2006, 25 août 2006) et suivante (ASA 20/022/2006, 4 septembre 2006)

CRAINTES POUR LA SÉCURITÉ / TORTURE

INDE : Leitangthem Umakanta Meitei (h), 35 ans
Yengkokpam Langamba Meitei (h), 26 ans

11 octobre 2006

Le 4 octobre, un tribunal de l’État du Manipur, dans le nord-est de l’Inde, a ordonné la libération de Leitangthem Umakanta Meitei et Yengkokpam Langamba Meitei, deux défenseurs des droits humains. Toutes les charges retenues contre eux ont été abandonnées.
Les deux hommes ont été maintenus en détention par la police dans le Manipur pendant six semaines. Yengkokpam Langamba Meitei avait été arrêté chez lui par des policiers le 23 août, tôt dans la matinée. Le lendemain, la police avait fait une descente au domicile de Leitangthem Umakanta Meitei et l’avait placé en garde à vue. Les deux hommes disent avoir été torturés en détention.

Leitangthem Umakanta Meitei et Yengkokpam Langamba Meitei sont membres de la Threatened Indigenous Peoples’ Society (TIPS, Société des peuples indigènes menacés), dans le Manipur. Leitangthem Umakanta Meitei est également le porte-parole d’Apunba Lup, coalition qui regroupe quelque 34 organisations de défense des droits humains du Manipur.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du Réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Le réseau des actions urgentes (AU) a proposé un nombre particulièrement élevé d’actions cette année et la liste n’est pas encore finie ! Fin juin, nous comptions pour 2006 183 AU et 165 mises à jour visant près de 60 pays et mettant en lumière des dizaines de sujets de préoccupation. Côté résultats, plus de 50 AU lancées cette année sont déjà closes dont une grande partie a connu un dénouement positif. Les sujets de préoccupation les plus traités cette année ont été :« craintes pour la sécurité », « craintes de tortures », « mauvais traitement », « peine de mort » et « détention au secret ». Cependant, le réseau des AU continue d’élargir le champ des motifs d’intervention : « privation de nourriture », « santé », « expulsions », etc.
Quelques bonnes nouvelles !
Burundi — libération de deux détenus : Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, membres de l’AC Génocide Cirimoso, qui s’efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi, ont été libérés, aucune charge n’ayant été retenue contre eux (AFR 16/0082006).Brésil — Maria Aparecida Denadai n’est plus en danger  : grâce à la campagne menée en sa faveur, elle peut aujourd’hui bénéficier d’une protection policière suffisante et adaptée (AMR 19/004/2006)

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse