IRAK : Faraj Abdullah Mulhim , Adnan Abdullah Mulhim, Amir Abdullah Mulhim et Masud Nur al Din al Mahdi CRAINTES DE TORTURE / CRAINTES DE PROCÈS INIQUE

MDE 14/022/2006

Informations complémentaires sur l’AU 281/05 (MDE 14/042/2005 du 28 octobre 2005)

CRAINTES DE TORTURE / CRAINTES DE PROCÈS INIQUE

IRAK :Quatre ressortissants palestiniens :
Faraj Abdullah Mulhim (h), 41 ans (âge non confirmé)
Adnan Abdullah Mulhim (h), 31 ans (âge non confirmé)
Amir Abdullah Mulhim (h), 26 ans (âge non confirmé)
Masud Nur al Din al Mahdi (h), 33 ans (âge non confirmé)

_
Londres, le 23 mai 2006

Les quatre Palestiniens nommés ci-dessus ont été libérés le 21 mai sur ordre d’une instance pénale,qui n’a trouvé aucune preuve de l’implication de ces hommes dans les attentats à la bombe dont ils étaient soupçonnés.

Masud Nur al Din al Mahdi, Faraj Abdullah Mulhim et ses frères Adnan et Amir avaient été appréhendés en mai 2005. Ils étaient soupçonnés d’un attentat à la bombe perpétré le 12 mai dans le district d’al Jadidda à Bagdad. La chaîne satellite irakienne al Iraqiyya a diffusé les « aveux » de ces hommes. Ils ont été sauvagement torturés par des membres de la Brigade des Loups, une unité des forces de sécurité placée sous l’autorité du ministère irakien de l’Intérieur, juste après leur arrestation puis pendant vingt-sept jours, lorsqu’ils étaient détenus dans un bâtiment du ministère de l’Intérieur à Bagdad, dans le district al Ziyouna.

Les quatre hommes sont entrés dans la clandestinité, selon certaines sources, car beaucoup de Palestiniens résidant en Irak ont été tués à la suite de l’attentat à la bombe perpétré le 22 février contre un mausolée musulman chiite de la ville de Samarra, au nord de Bagdad.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du Réseau Actions urgentes.
Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse