Jerryme Corre est libre et son bourreau condamné !

L’histoire de Jerryme Corre est une nouvelle illustration des agissements de la police philippine, qui torture en toute impunité.

Jerryme Corre rendait visite à un parent en janvier 2012 lorsque 10 policiers armés et vêtus en civil l’ont arrêté et conduit dans un camp dirigé par la police, où il a été électrocuté, frappé à coups de poing et menacé de mort. Les policiers l’accusaient d’avoir pris part à des infractions en relation avec les stupéfiants, d’avoir tué un étranger pour le voler et d’avoir ensuite tué un de leurs collègues, ce qu’il nie catégoriquement.

Amnesty International avait d’ailleurs pris la défense de Jerryme en décembre 2013 – un an après son arrestation – dans le cadre de sa campagne mondiale Stop Torture.

Après avoir passé plusieurs années en prison, c’est une double victoire pour Jerryme. Premièrement, il est libre et deuxièmement un tribunal philippin a prononcé une décision historique en déclarant un policier coupable de l’avoir torturé.

La mobilisation d’Amnesty et de ses adhérents, ça fonctionne !

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Mexique-USA : des familles ont besoin de compassion et non de violence

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !