Bonne nouvelle Le militant Ali Esa Mansoor al Ekri a été libéré

Ali Esa Mansoor al Ekri, chirurgien et militant bahreïnite, a été libéré après avoir purgé une peine de cinq ans de prison. Amnesty International le considérait comme un prisonnier d’opinion.
Le 10 mars, Ali Esa Mansoor al Ekri (Ali al Ekri), orthopédiste pédiatre bahreïnite, a été libéré de la prison de Jaww, située au sud de Manama, la capitale. Prisonnier d’opinion, il a purgé une peine de cinq ans d’emprisonnement.
Ali al Ekri avait été condamnés pour « rassemblement illégal et participation à des manifestations non autorisées » et pour avoir « appelé au renversement du régime par la force ». Amnesty International pense que cet homme a été pris pour cible parce qu’il a dénoncé oralement dans des médias internationaux l’usage excessif de la force par les forces armées contre des manifestants pacifiques au cours des manifestations de février et mars 2011, et parce qu’il a exercé ses droits aux libertés d’expression, de réunion et d’association.
Ali al Ekri faisait partie d’un groupe de professionnels de la santé du complexe médical de Salmaniya arrêtés début 2011. Un grand nombre d’entre eux, dont Ali al Ekri, ont été détenus au secret pendant plusieurs semaines, torturés en détention et forcés de signer des « aveux ». Tous ont été libérés depuis.
Ali al Ekri a dit à Amnesty International qu’il aimerait exprimer sa gratitude et adresser ses remerciements à toutes les personnes qui n’ont cessé de le soutenir, ainsi que sa famille, tout au long de sa détention.
Amnesty International continuera de suivre la situation de cet homme.
Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du Réseau Actions urgentes. Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.

J'agis

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du Réseau Actions urgentes.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.


Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse