Bonne nouvelle Libéré après avoir subi la torture et une disparition

Islam Khalil, un jeune homme de 27 ans ayant subi une disparition forcée et des actes de torture, a été remis en liberté le 31 août par l’Agence de sécurité nationale, 10 jours après que le parquet eut ordonné sa libération sous caution.

Le 31 août, Islam Khalil a été remis en liberté par l’Agence de sécurité nationale (ASN), qui avait refusé d’appliquer une décision rendue 10 jours plus tôt par le parquet d’Alexandrie Est ordonnant sa libération sous caution. Sa famille avait versé une caution de 50 000 livres égyptiennes (5 510 USD) le 23 août. Or, au lieu de remettre en liberté Islam Khalil, des policiers avaient fabriqué de toutes pièces de nouvelles charges contre lui et l’avaient passé à tabac, selon son frère et son avocat. Peu avant sa libération, alors qu’il se trouvait dans un poste de police à al Santa, sa ville natale, dans le gouvernorat de Gharbeya, dans le nord-ouest du Caire, on lui a attaché les mains au plafond et il a été forcé de rester dans cette position pendant plus de trois heures. Islam Khalil est en mauvais état de santé, selon son frère, et il a besoin d’une réadaptation psychologique et physique.

Islam Khalil avait dans un premier temps été accusé de toute une série d’infractions, dont certaines lui faisaient encourir la peine de mort. Mais grâce à la campagne menée en sa faveur en Égypte et dans le reste du monde, toutes les charges retenues contre lui ont été abandonnées, à l’exception d’une seule. Il reste accusé d’« appartenance à un groupe interdit » et, s’il en est déclaré coupable, il risque d’être condamné à cinq ans d’emprisonnement. Il est également accusé d’une autre infraction, cette charge ayant été retenue contre lui après que le parquet eut ordonné sa libération : « agression d’un policier ». Il encourt pour cela une amende allant de 10 000 à 20 000 livres égyptiennes (1 123 à 2 245 USD).

Nour Khalil, le frère d’Islam Khalil, a adressé ce message au personnel et aux militants d’Amnesty International : « Merci pour tout ce que vous avez fait ; c’est essentiellement grâce à votre intervention que mon frère a retrouvé la liberté aujourd’hui. Islam reste sous la menace des services de sécurité, et il est fort probable qu’il soit de nouveau arrêté ou qu’ils lui fassent du mal. Continuez de soutenir Islam et de vous battre pour lui jusqu’à ce qu’il puisse jouir de tous ses droits, et que les responsables des crimes qu’il a subis rendent des comptes. Maintenez la pression que vous exercez en faveur de toutes les personnes soumises à une disparition forcée et des prisonniers d’opinion, au nom de la liberté, de la vérité et de la paix. Merci à Amnesty et à tous les militants d’Amnesty à travers le monde. »

Islam Khalil avait été torturé à plusieurs reprises et soumis à d’autres formes de mauvais traitements en détention, selon son propre témoignage et des informations reçues par l’intermédiaire de sa famille et de son avocat. Ce jeune homme de 27 ans, directeur des ventes, a été enlevé à son domicile à al Santa par des agents de l’ASN le 24 mai 2015. Il a été soumis à une disparition forcée, les autorités ayant refusé de reconnaître sa privation de liberté et de révéler ce qu’il est advenu de lui pendant 122 jours. Durant cette période, selon lui, il a été torturé par des agents de l’ASN qui ont cherché à lui faire « avouer » des crimes qu’il dit ne pas avoir commis.

Amnesty International met fin à cette action urgente, mais elle continuera de surveiller de près ce cas.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes.

Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir