Libération d’Adrián Vásquez en raison de preuves illégales

Au cours des dernières 24 heures, les juges de deux États du nord du Mexique ont libéré des victimes de torture incarcérées depuis des années loin de leurs familles et de leurs jeunes enfants, ravivant ainsi l’espoir de justice dans les nombreuses affaires de personnes torturées et détenues illégalement, a déclaré Amnesty International jeudi 3 décembre 2015.

Adrián Vásquez, père de quatre enfants, chauffeur de bus, a été libéré le 2 décembre au petit matin d’une prison proche de Tijuana, plus de trois ans après avoir été arrêté et torturé par la police de l’État et accusé d’être un narcotrafiquant de haut niveau.

Quelques heures plus tard, Cristel Piña, 25 ans, mère de deux enfants, a été libérée de la prison de Ciudad Juárez, plus de deux ans après avoir été arrêtée et rouée de coups, et avoir subi des sévices sexuels, jusqu’à ce qu’elle accepte de faire des « aveux » filmés, reconnaissant des actes d’extorsion. Amnesty International a fait campagne en faveur de ces deux victimes de torture.

« Comme Cristel et Adrián, des milliers de personnes au Mexique sont détenues injustement et torturées dans le but de les faire avouer leur crime. La remise en liberté de Cristel et Adrián montre qu’il est temps que les autorités mexicaines ouvrent les yeux sur la réalité que vivent tant d’autres victimes de la torture, actuellement enfermées dans les prisons du pays », a déclaré Erika Guevara Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

Amnesty International fait campagne pour un certain nombre de cas de victimes de torture à travers le Mexique. En décembre, elle a lancé un marathon international des lettres – Écrire pour les droits – afin de soutenir plusieurs personnes à travers le monde, dont Yecenia Armenta Graciano : cette femme a été violée, asphyxiée et suspendue au plafond par les chevilles par des policiers de l’État de Sinaloa, dans le nord du Mexique en 2012, jusqu’à ce qu’elle « avoue » le meurtre de son mari.

« Le fait que les juges dans différents États du pays invalident des accusations bancales fondées sur la torture nous montre qu’il reste un espoir de justice dans d’autres affaires. Yecenia Armenta partage avec Adrián et Cristel la même histoire de souffrance et d’injustice, et nous appelons les autorités à faire en sorte que ces trois victimes de torture soient dans leurs foyers, avec leur familles, pour Noël », a déclaré Erika Guevara Rosas.

En mai 2014, Amnesty International a lancé la campagne mondiale Stop Torture, contre la torture et les autres mauvais traitements. Le Mexique est l’un des pays sur lesquels elle met l’accent.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.