Bonne nouvelle Mikhaïl Tsakounov a été libéré, le procès est en cours

Mikhaïl Tsakounov, prisonnier d’opinion, a été libéré le 26 avril tout en faisant l’objet de restrictions de déplacement, après avoir passé près d’un an en détention provisoire. Il avait été arrêté en mai 2018 et inculpé d’usage de la violence contre un policier pour sa participation pacifique à un rassemblement de l’opposition. Les procédures pénales à son encontre sont en cours et il risque toujours jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.

AUCUNE ACTION COMPLÉMENTAIRE N’EST REQUISE. UN GRAND MERCI À TOUTES LES PERSONNES QUI ONT ENVOYÉ DES APPELS.

Mikhaïl Tsakounov a été libéré le 26 avril tout en faisant l’objet de restrictions de déplacement, après avoir passé près d’un an en détention provisoire. Il avait été arrêté par la police antiémeutes le 5 mai 2018 dans le centre de Saint-Pétersbourg (Russie), alors qu’il participait pacifiquement à une manifestation contre la réélection de Vladimir Poutine à la présidence. Il a été accusé d’avoir frappé un policier au visage, lui faisant perdre une dent. Il avait tout d’abord été inculpé, au titre de l’art. 318(2) du Code pénal russe, de « violences contre un policier mettant en danger sa vie ou sa santé », infraction passible de 10 ans d’emprisonnement.

Une vidéo de son arrestation ainsi que d’autres preuves disponibles ont réfuté les affirmations du policier antiémeutes et confirmé que Mikhaïl Tsakounov était un prisonnier d’opinion, poursuivi uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit aux libertés d’expression et de rassemblement, et qu’il devait être libéré immédiatement et sans conditions. Cette vidéo a en outre soulevé de vives interrogations quant aux actions des policiers antiémeutes et à leur usage de la force durant la manifestation.

Nous pensons que la campagne publique en faveur de Mikhaïl Tsakounov, notamment les appels envoyés par les membres d’Amnesty International, ont contribué à la libération de ce dernier de détention provisoire. S’il s’agit d’une évolution positive, tout comme la réduction des chefs d’inculpation retenus contre lui, il n’aurait en premier lieu jamais dû être arrêté ou emprisonné pour avoir manifesté pacifiquement. Les procédures pénales à son encontre sont toujours en cours et il risque jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.

Nous continuerons de surveiller le procès, insisterons sur le fait que tous les chefs d’inculpation retenus contre lui doivent être abandonnés, et renouvèlerons notre campagne publique s’il était de nouveau privé de sa liberté.

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !