Bonne nouvelle Onze personnes ont été libérées après avoir passé plus d’une semaine en prison

Onze personnes, dont un avocat, des journalistes, des blogueurs, des membres de l’opposition et des universitaires, ont été libérées sans inculpation le 5 avril. Elles avaient été arrêtées par les forces de sécurité éthiopiennes le 25 mars alors qu’elles participaient à une cérémonie privée à Addis-Abeba.

Eskinder Nega, journaliste éthiopien et ancien prisonnier d’opinion adopté par Amnesty International, a été libéré sans inculpation le 5 avril. Il a été libéré en même temps que le journaliste Temesgen Dessalegn, les blogueurs Mahlet Fantahun, Befiqadu Hailu, Zelalem Workagegnhu et Sintayehu Chekol, et les membres de l’opposition Andualem Arage, Addisu Getaneh, Yidnekachewu Addis, Tefera Tesfaye et Woynshet Molla.
Ces 11 personnes ont été arrêtées le dimanche 25 mars alors qu’elles participaient à une fête privée au domicile du journaliste Temesgen Dessalegn, dans le quartier de Lebu, à Addis-Abeba, pour fêter leur libération. Des membres des forces de sécurité les ont accusées de participer à un rassemblement illégal sans autorisation du poste de commandement, en violation de la Proclamation de l’état d’urgence.
Ces 11 personnes ont tout d’abord été emmenées au poste du quartier de Lebu, puis transférées au département de la police de proximité du district de Nifas Silk Lafto pendant la nuit, où elles ont été détenues jusqu’à leur libération.

Pour plus d’informations : https://www.amnesty.org/fr/documents/afr25/8164/2018/fr/

Noms : Eskinder Nega, Temesgen Dessalegn, Mahlet Fantahun (f), Befiqadu Hailu, Zelalem Workagegnhu, Sintayehu Chekol, Andualem Arage, Addisu Getaneh, Yidnekachewu Addis, Tefera Tesfaye et Woynshet Molla (f)

Femmes et hommes

J'agis

Merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.
Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes.


Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !