Remise de signatures pour la libération de 2 artistes iraniens

Vous avez été nombreux à signer notre pétition pour la libération des trois artistes iraniens : Hossein Rajabian et son frère Mehdi Rajabian. Aujourd’hui, nous avons remis plus de 10 800 signatures à l’ambassade iranienne.

Ils ont été déclarés coupables d’« outrage aux valeurs sacrées de l’islam », de « propagande contre le régime » et d’« activités audiovisuelles illégales ». Leur ami et collaborateur Yousef Emadi avait aussi été arrêté et déclaré coupable lors du même procès mais aucune nouvelle quant à sa situation n’a été révélée depuis que Hossein et Mehdi Rajabian se sont présentés à la prison pour commencer leur peine. Ils avaient tous les trois été condamnés à six ans d’emprisonnement à l’issue d’un procès de trois minutes devant un tribunal révolutionnaire.

En Iran, seule la musique autorisée par les censeurs officiels bénéficie d’une licence, et les musiciens qui n’ont pas de permis de diffusion sont poussés dans la clandestinité. Mehdi Rajabian est le fondateur du site internet iranien Barg Music qui diffuse librement de la musique alternative depuis 2009. Mehdi Rajabian et Yousef Emadi ont été accusés d’avoir diffusé la voix d’artistes féminines, ainsi que celle de chanteurs « hostiles à la révolution islamique ». Hossein Rajabian a réalisé un long métrage sur le droit de divorce des femmes en Iran.

Lors de leur arrestation, ils ont été victimes de mauvais traitements : ils auraient reçu des décharges de pistolet incapacitant. Ils ont été maintenus en détention pendant 18 jours dans un lieu inconnu où ils auraient été torturés ou soumis à d’autres formes de mauvais traitements avant d’être transférés en détention à l’isolement dans la prison d’Evin à Téhéran. Hossein et Mehdi Rajabian ont tous les deux entamé une grève de la faim pour protester les mauvaises conditions dans lesquelles ils sont détenus.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse