SOMALILAND : Trois journalistes de Haatuf, un réseau de médias : Yusuf Abdi Gabobe (h), âgé de plus de 55 ans, Ali Abdi Dini (h) Mohamed Omar Sheikh Ibrahim (h) Prisonniers d’opinion / Détention au secret / Craintes de mauvais traitements / Préoccupations d’ordre juridique

AFR 52/008/2007

Informations complémentaires sur l’AU 26/07 (AFR 52/002/2007, 2 février 2007) et ses mises à jour (AFR 52/003/2007, 19 février 2007 ; AFR 52/004/2007, 8 mars 2007)

4 avril 2007

Le 29 mars, le président du Somaliland a gracié par décret Yusuf Abdi Gabobe, Ali Abdi Dini et Mohamed Omar Sheikh Ibrahim, journalistes du réseau Haatuf. Les trois hommes ont été libérés de la prison de Mandera, où ils purgeaient des peines allant de vingt-quatre à vingt-neuf mois, après avoir été déclarés coupables, le 4 mars, d’avoir « diffusé de fausses informations sur le gouvernement, discrédité le président et sa famille et créé des tensions intercommunautaires ». Un quatrième journaliste de Haatuf, qui avait été jugé par contumace et déclaré coupable des mêmes faits, a lui aussi été gracié.

Le décret présidentiel coïncidait avec l’arrivée au Somaliland d’une délégation de l’Union européenne, qui s’est rendue à la prison de Mandera, où elle a pu rencontrer les journalistes à leur sortie. Ceux-ci ont été accueillis par des proches, amis, journalistes et militants des droits humains qui s’étaient rassemblés devant la prison à la nouvelle de la grâce présidentielle.
Amnesty International salue la libération des journalistes du réseau Haatuf, qu’elle considérait comme des prisonniers d’opinion détenus uniquement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part du Réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Communication Mars-Avril 2007
Nous rappelons aux nouveaux inscrits qu’à tout moment vous pouvez retrouver, entre autres choses, le B.A BA du participant aux actions urgentes (AU), des informations sur la genèse d’une AU, des indications sur comment écrire, comment aborder une AU, et bien d’autres précisions sur cette technique d’action chère à Amnesty, ici :
http://www.amnestyinternational.be/doc/rubrique822.html
Les récentes bonnes nouvelles
République Démocratique du Congo
 : l’ordre illégal d’arrêter l’avocat Joseph Dunia Ruyenzi a été annulé le 23 février. Au tribunal, le procureur général de Goma, qui avait introduit le recours au nom de Maître Dunia, a cité l’Action urgente lancée par Amnesty International comme un exemple de l’indignation de la communauté internationale devant l’ordre de faire arrêter l’avocat. Joseph Dunia Ruyenzi tient à remercier les membres d’Amnesty International qui se sont mobilisés pour lui (réf : AFR 62/007/2007).
Pakistan. Samiullah Baloch a été relâché de prison le 10 décembre 2006 après plusieurs mois de détention, de torture et de cellule d’isolement pour avoir eu le malheur d’être le frère du sénateur et secrétaire à l’information du Parti national du Baloutchistan. Celui-ci a écrit aux militants d’Amnesty pour les remercier de leurs appels : « Je suis particulièrement touché par l’action d’Amnesty International en faveur de mon frère et vous remercie du fond du coeur pour votre mobilisation et vos efforts qui ont mené à sa libération. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.