Bonne nouvelle Trois journalistes ont été libérés après l’abandon des charges pesant contre eux

Lawi Weng, Aye Nai et Phyae Phone Aung, anciens prisonniers d’opinion, ont vu les charges pesant contre eux abandonnées après une annonce de l’armée du Myanmar. Les trois journalistes ont été libérés de prison le 1er septembre 2017.

Le 1er septembre 2017, l’armée du Myanmar a annoncé qu’elle avait abandonné les charges pesant contre plusieurs journalistes et militants, notamment Lawi Weng, journaliste expérimenté travaillant pour le journal Irrawaddy et connu sous le nom de Thein Zaw, et Aye Nai et Pyae Phone Aung, tous deux journalistes pour la société de radiotélévision DVB. D’après la déclaration publique : « Afin de continuer à travailler ensemble dans l’intérêt national du pays et de son peuple, la Tatmadaw a décidé de pardonner et d’abandonner les charges pesant contre les journalistes et les médias. » Le 15 septembre, le tribunal a officiellement abandonné les charges pesant contre ces trois hommes.

Lawi Weng, Aye Nai et Phyae Phone Aung ont été arrêtés le 26 juin 2017 et inculpés au titre de l’article 17(1) de la Loi de 1908 relative aux associations illégales, pour avoir été en contact avec l’Armée de libération nationale ta’ang (TNLA), un groupe ethnique armé actif dans le nord du Myanmar. Ils étaient dans la région contrôlée par la TNLA pour rendre compte d’une cérémonie au cours de laquelle des stupéfiants ont été brûlés à l’occasion de la Journée Internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogues.

Les trois journalistes ont été détenus pour avoir mené leurs activités pacifiques, ils n’auraient donc jamais dû être emprisonnés et inculpés. Amnesty International continuera à se mobiliser en faveur de la libération des prisonniers d’opinion au Myanmar.

Merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.