TURKMENISTAN  : Andrei Zatoka Fear for safety/possible prisoner of conscience

EUR 61/008/2007

Further Information on UA 05/07 (EUR 61/001/2007, 5 January 2007) -

Fear for safety/possible prisoner of conscience

TURKMENISTAN  : Andrei Zatoka (m), aged 50, environmental activist

1 February 2007

On 31 January, Dashoguz city court sentenced the environmental activist Andrei Zatoka to a suspended sentence of three years’ imprisonment and ordered his immediate release. He and his supporters are grateful for the appeals sent by the UA network on his behalf.

Andrey Zatoka’s wife Yevgenia Zatoka wrote : "We won ! Andrei is free !"

Farid Tukhbatullin, the director of the human rights group Turkmenistan Initiative for Human Rights, who worked with Andrei Zatoka for many years in the Dashoguz Ecological Club, told Amnesty International : "We are grateful to all, who took part in the campaign for Andrei’s defence, all who were sympathetic and helped."

Andrei Zatoka had been detained on 17 December 2006 by local police at the airport in his home city of Dashoguz, close to the border with Uzbekistan. There were allegations that he was targeted to punish him for his peaceful work as an environmental activist. On 27 January Amnesty International learnt that he faced four charges, including unlawful acquisition or possession of weapons or explosives, and unlawful circulation of potent or poisonous substances. The four charges carried a maximum penalty of 19 years’ imprisonment.

Many thanks to all who sent appeals. No further action is required.

Le B-A.BA du membre des Actions Urgentes
Nous ne remercions jamais assez les membres des Actions Urgente (AU) pour le temps et l’engagement dont ils font preuve chaque mois : sans eux, le réseau des AU n’aurait pas le poids qu’il a face aux autorités que nous visons. Pourtant, et on ne peut leur en vouloir, certains participants se désinscrivent très vite, souvent parce qu’ils ne s’étaient pas rendu compte de ce à quoi ils s’étaient engagés. Voici une sorte de charte du participant pour éviter les malentendus :

 Agir le plus vite possible pour la/les personnes visées par l’action.

 Respecter les consignes d’écritures fournies avec l’action : attention, nous ne fournissons pas de modèle de lettre.

 Faire suivre à l’équipe des AU toute réponse d’ambassades ou des autorités suite à l’envoi d’une lettre/fax/e-mail.

 Nous tenir informés de votre changement d’adresse (même – et surtout – d’e-mail).

 Quand vous agissez pour une action urgente, vous vous engagez à agir pour toutes les mises-à-jour (ou "follow-up" dans notre jargon) qui suivront et qui souvent vous demandent de continuer à agir. Par contre, ces mises-à-jour ne sont pas comptabilisées dans votre quota d’actions mensuel.

Vous retrouverez les bonnes nouvelles du mois ici :
<http://www.amnestyinternational.be/...>

Toutes les infos

Infos liées