Bonne nouvelle Un blogueur libéré et renvoyé à Oman

Le blogueur omanais, Muawiya al Ruwahi, a été acquitté par la Cour suprême des Émirats arabes unis le 14 mars. Il a été expulsé vers Oman.

Le blogueur omanais, Muawiya al Ruwahi, qui souffre de troubles bipolaires, a été acquitté le 14 mars par la Chambre de sûreté de l’État de la Cour suprême fédérale qui a jugé qu’il n’était pas responsable de ses actions. Le tribunal a ordonné son expulsion vers Oman où il a été renvoyé quatre jours plus tard.

Muawiya al Ruwahi avait été arrêté le 23 février 2015 alors qu’il entrait aux Émirats arabes unis depuis Oman. Il a été incarcéré dans un centre de détention secret, où il a été privé d’avocat, puis transféré à la prison d’Al Wathba, à Abou Dhabi, à la fin du mois de mai 2015. Il aurait publié des messages offensants à l’égard des autorités des Émirats arabes unis sur son compte Twitter. Un mois plus tard, il a pu appeler ses proches et leur a indiqué qu’il recevait son traitement régulièrement et que les autorités émiriennes avaient connaissance de ses problèmes de santé mentale. Des diplomates omanais lui ont rendu visite en prison.

Son procès s’est ouvert le 14 septembre 2015 devant la Chambre de sûreté de l’État de la Cour suprême fédérale. Il faisait l’objet d’accusations liées à la cyber-criminalité et était accusé d’avoir « créé et géré des comptes en ligne dans le but d’inciter à la haine et de troubler l’ordre public et la paix sociale » et « tourné en dérision l’État et ses dirigeants ». Lors de la première audience de son procès, Muawiya al Ruwahi a nié ces accusations et déclaré qu’il avait été forcé, « sous la contrainte psychique et physique » à faire des « aveux ». Il a tenté six fois de se suicider au cours de sa détention. Il a demandé au tribunal d’ordonner un bilan de santé pour lui et de le faire hospitaliser, car il estimait que sa santé se détériorait. Il a déclaré au tribunal : « Je suis suicidaire et j’ai besoin de soins médicaux pour empêcher que ne je fasse une autre tentative de suicide. »

Le tribunal a ordonné qu’il soit examiné par une commission médicale spécialisée le 5 octobre 2015. Son état de santé s’est détérioré et dans un message vocal qu’il a partagé sur les réseaux sociaux le 9 novembre 2015, il a déclaré : « Je n’ai pas bénéficié de soins médicaux adaptés … Si je ne suis pas traité de manière juste, je vais entamer une grève de la faim et me suicider […]. J’en ai assez, je n’en peux plus ». Le 15 février, un consultant psychiatrique et le chef de la commission médicale chargée de l’examen de Muawiya al Ruwahi ont déclaré au tribunal qu’il avait reçu un traitement médical régulier et qu’il ne pouvait pas être tenu responsable de ses actions lorsqu’il souffrait d’épisodes maniaques.

Selon le diagnostic initial, posé en 2004, Muawiya al Ruwahi est atteint d’un trouble de la personnalité et les rapports médicaux ultérieurs, rédigés par des médecins de l’hôpital universitaire omanais Sultan Qabous, ont confirmé qu’il souffrait de troubles bipolaires. Son dossier médical a été envoyé aux autorités émiriennes.

Muawiya al Ruwahi a été arrêté plusieurs fois à Oman. Il avait été convoqué en février 2012 au siège de la Sûreté de l’État d’Oman après avoir critiqué le chef de l’État omanais, le sultan Qabous, sur son blog. Il a été détenu dans un hôpital psychiatrique pendant une semaine avant d’être relâché sans inculpation. Le 12 juillet 2014, il avait été arrêté parce qu’il avait de nouveau critiqué les autorités omanaises sur son blog. Détenu principalement dans des établissements psychiatriques, il avait été remis en liberté sans inculpation un mois plus tard.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.