Bonne nouvelle Un défenseur des droits d’un peuple autochtone a été libéré sous caution

Upendra Nayak, avocat de 65 ans, a été libéré sous caution le 23 mars 2018. Inculpé de plusieurs infractions, notamment de « sédition » et de « guerre contre l’État », à la suite de deux affaires enregistrées par la police il y a plus de huit ans, il encourt la réclusion à perpétuité s’il est déclaré coupable.
Upendra Nayak s’est vu accorder la libération sous caution après que le tribunal local a cité son âge et son mauvais état de santé le 22 mars 2018. Il a été libéré le lendemain.

Arrêté notamment pour « guerre contre l’État », conspiration et « acte terroriste », Upendra Nayak a été placé en détention provisoire le 21 février 2018 à Gajapati, dans l’État d’Odisha (est de l’Inde). Ces charges sont liées à des plaintes déposées en 2009 et 2010 contre plusieurs personnes, dont certaines étaient représentées par Upendra Nayak et ont été relaxées.

La police de l’État d’Odisha accuse Upendra Nayak d’avoir fourni un appui logistique à des groupes armés maoïstes de 2009 à 2010. Pendant cette période, plusieurs Adivasis ont été arrêtés en raison de leur soutien présumé aux Maoïstes et Upendra Nayak les a défendus dans au moins 10 affaires, qui se sont souvent soldées par la relaxe. Depuis plus de 30 ans, Upendra Nayak défend des Adivasis qui font l’objet d’accusations controuvées.

Un porte-parole de Ganatantrik Adhikar Surakhya Sangathan (GASS), une organisation locale de l’Odisha qui conteste les accusations controuvées proférées par la police contre des Adivasis dans cet État, a indiqué à Amnesty International Inde qu’Upendra Nayak avait été arrêté parce qu’il avait représenté des Adivasis en justice et que l’État avait forgé des charges de toutes pièces contre ce défenseur.

Upendra Nayak sera jugé pour les infractions pénales retenues contre lui. Amnesty International continuera de suivre son procès et produira des mises à jour si nécessaire.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition