Bonne nouvelle Un défenseur des droits humains a retrouvé sa famille

Wahid Baloch, défenseur des droits humains, a été libéré plus de quatre mois après sa disparition forcée présumée, imputable aux forces de sécurité étatiques à Karachi. Tout au long de ce calvaire, sa famille n’a reçu aucune information concernant sa situation ou le lieu où il se trouvait.

Wahid Baloch, défenseur des droits humains et militant politique baloutche, a retrouvé sa famille le 5 décembre 2016, plus de quatre mois après avoir été emmené par des hommes en civil portant des masques, alors qu’il se trouvait à un péage autoroutier en périphérie de Karachi (Pakistan), dans l’après-midi du 26 juillet.

Sa famille a déclaré qu’il avait été déposé à Malir, 30 kilomètres à l’est de Karachi, le matin du lundi 5 décembre, et qu’il a ensuite pu prendre un taxi pour rentrer chez lui, à Lyari. Wahid Baloch a choisi de ne pas parler de son enlèvement au journal télévisé, mais il a remercié les groupes de défense des droits humains pour leur travail de campagne en son nom.

À la connaissance d’Amnesty International, les autorités pakistanaises n’ont pas conduit d’enquête rapide et exhaustive, malgré le fait que les forces de sécurité étatiques soient connues pour soumettre les militants baloutches à des disparitions forcées, comme l’ont reconnu le Premier ministre de la province du Baloutchistan et la Cour suprême du Pakistan en 2013.

Les militants qui réclament une plus grande autonomie pour la population baloutche ou exigent que justice soit rendue pour les violations commises par l’État sont considérés par les autorités pakistanaises comme "hostiles à l’État" et sont particulièrement exposés à ces violations. L’enlèvement de Wahid Baloch fait suite à une vague de disparitions forcées de personnes appartenant à la communauté baloutche dans la province du Baloutchistan, ainsi que dans la ville de Karachi et aux alentours, dans la province du Sind.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes pour l’heure. Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse