Bonne nouvelle Un journaliste chinois libéré

Le journaliste et éditorialiste Jia Jia avait « disparu » le 15 mars alors qu’il était sur le point d’embarquer sur un vol pour Hong Kong. Une « disparition » sans doute liée à une lettre critique en ligne.

Le journaliste et éditorialiste Jia Jia avait disparu le 15 mars alors qu’il était sur le point d’embarquer sur un vol pour Hong Kong. Sa « disparition » était peut-être liée à une lettre en ligne critiquant le président Xi Jinping. Il a été remis en liberté le 27 mars.

Jia Jia, éditorialiste de premier plan vivant en Chine continentale, avait disparu alors qu’il se trouvait à l’aéroport de Pékin, juste avant d’embarquer sur un vol pour Hong Kong. Il a été remis en liberté dimanche 27 mars. Son avocat a confirmé qu’il était désormais rentré chez lui, mais n’a fourni aucune autre information. Ses amis pensent que sa disparition pourrait être liée à une lettre ouverte publiée sur un site Internet appelant à la démission du président Xi Jinping.

Le 4 mars, le site chinois Wujie News a en effet publié une lettre ouverte appelant le président Xi Jinping à démissionner. Jia Jia, éditorialiste et rédacteur indépendant du site Internet, a contacté le rédacteur en chef du site, Ou Yang Hongliang, un ancien collègue, pour discuter de la lettre. La BBC a indiqué qu’il avait mis le rédacteur en garde quant à la publication de la lettre, laquelle affirmait que le président Xi Jinping était responsable des « problèmes sans précédent » auxquels la Chine est confrontée et critiquait la gestion de la politique économique et étrangère du dirigeant ainsi que sa stratégie politique. La lettre a par la suite été supprimée du site.

Bien que Jia Jia a été libéré, les autorités chinoises continuent d’interroger des personnes qu’elles soupçonnent d’être à l’origine de la publication de la lettre. La police aurait arrêté au moins 20 personnes au 25 mars. Il s’agit notamment de trois membres de la famille de Wen Yunchao, blogueur chinois critique à l’égard du gouvernement et, selon la BBC, de 16 personnes qui travaillent pour Wu Jie News, le site qui a publié la lettre.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont participé à cette action. Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du Réseau Actions urgentes.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse