Bonne nouvelle Un membre de l’opposition a été libéré

Radwan Daoud, titulaire de la double nationalité américaine et soudanaise, a été libéré sans inculpation de la prison de Kober le 18 janvier. Il avait été arrêté le 6 décembre 2017 et incarcéré dans le centre de détention du Service national de la sûreté et du renseignement (NISS).
Radwan Daoud, 34 ans et membre pacifique du Parti du Congrès soudanais, un parti d’opposition, a été libéré sans inculpation de la prison de Kober le 18 janvier. Ce titulaire de la double nationalité américaine et soudanaise a été arrêté par le Service national de la sûreté et du renseignement (NISS) le 6 décembre 2017 alors qu’il se trouvait dans le quartier d’Al Greif, situé dans la partie est de la ville de Khartoum-Nord, au Soudan. Radwan Daoud vit dans l’État de l’Oregon. Son arrestation serait liée à des vidéos qu’il a partagées publiquement sur son compte Facebook, pour attirer l’attention sur l’usage excessif de la force par la police contre des manifestants dans le quartier d’Al Greif. Des tensions ont opposé la police et les habitants du quartier qui manifestaient au sujet de la vente de terrains publics à des investisseurs privés.
Il a tout d’abord été incarcéré dans le centre de détention du NISS, à Al Greif, avant d’être déplacé dans la prison de Kober. Au cours de sa détention, le NISS l’a interrogé deux fois sur sa visite à Al Greif et sur son appartenance au Parti du Congrès soudanais. Radwan Daoud aurait été frappé, aurait reçu des coups de pieds et aurait été fouetté avec des câbles électriques au cours de ses deux premiers jours de détention dans les bureaux du NISS.
Il n’a eu accès ni à un avocat ni à des soins pendant ses 44 jours de détention.

J'agis

Merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.
Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes.


Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition