Bonne nouvelle Un militant a été libéré, l’appel de sa déclaration de culpabilité est en cours

Heri Budiawan, militant écologiste connu sous le nom de Budi Pego, a été libéré de prison le 1er juillet 2018. Il avait été condamné à 10 mois d’emprisonnement le 24 janvier 2018 pour « atteintes à la sûreté de l’État » ; il s’agissait de la première condamnation au titre de l’article interdisant l’idéologie communiste depuis la chute de Soeharto en 1998.
Heri Budiawan a été libéré de prison le 1er juillet 2018 après avoir passé dix mois en détention. Cette affaire fait toujours l’objet d’un appel auprès de la Cour suprême indonésienne, mais on ne sait pas quand la prochaine audience aura lieu. Heri Budiawan pense que la décision du tribunal de première instance sera annulée en raison d’un manque de preuves.

Heri Budiawan, qui a dénoncé activement l’exploitation des gisements aurifères des montagnes de Tumpang Pitu et de Salakan (Java-Est, Indonésie), a été condamné à dix mois d’emprisonnement pour avoir ouvertement promu l’idéologie communiste en 2017 en exhibant le symbole du marteau et de la faucille sur une banderole alors qu’il manifestait. C’est la première fois que l’article anticommuniste a été utilisé pour restreindre une manifestation pacifique en Indonésie depuis le départ de Soeharto en 1998.

Les proches de Heri Budiawan sont soulagés qu’il ait été libéré et continuent d’espérer que la Cour suprême annulera sa déclaration de culpabilité et effacera son casier judiciaire. Depuis que la décision initiale a été prise par le tribunal du district de Banyuwangi, où Heri Budiawan vit, sa fille subit des railleries de la part de ses amis parce qu’elle a un « père fauteur de trouble qui adhère aux valeurs communistes ». La réhabilitation de son nom de famille est donc extrêmement importante au sein de sa communauté.

Heri Budiawan a remercié toutes les personnes l’ayant soutenu pour leur enthousiasme.

Amnesty International continuera de surveiller l’évolution de cette affaire, cependant, aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes. Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !