Bonne nouvelle Un militant a été libéré sous caution après avoir passé des mois en détention

Shahidul Alam, photographe et fervent militant des droits sociaux, a bénéficié d’une mise en liberté sous caution permanente après avoir passé plus de 100 jours derrière les barreaux pour des commentaires qu’il a faits lors d’une interview accordée à Al Jazira en août 2018. Il a été victime de mauvais traitements et soumis à une détention prolongée pour avoir simplement exercé son droit à la liberté d’expression.

Shahidul Alam a été libéré de prison le 20 novembre 2018, cinq jours après s’être vu accorder une caution permanente par la Haute Cour, ce qui signifie qu’il ne peut pas être emprisonné sans décision de justice. Il est accusé d’avoir enfreint l’article draconien 57(2) de la Loi sur les technologies de l’information et de la communication, et risque jusqu’à 14 ans d’emprisonnement s’il est officiellement inculpé.

Shahidul Alam a remercié les membres et les partisans d’Amnesty International pour avoir agi afin d’obtenir sa libération : « C’est incroyable de pouvoir, d’une certaine façon, établir un lien avec vous tous, dans le monde entier, et particulièrement avec les membres d’Amnesty qui ont joué un rôle si important et décisif en facilitant cela, mais aussi en exerçant la pression qui a mené à ma libération. »

Shahidul Alam avait été arrêté à son domicile, à Dacca, le 5 août 2018, après avoir donné une interview à Al Jazira English, lors de laquelle il a critiqué l’utilisation d’une force excessive par les autorités bangladaises lors de la répression qu’elles ont exercé contre des étudiants qui manifestaient pour obtenir des routes plus sûres. Considéré comme un prisonnier d’opinion, Shahidul Alam avait été arrêté uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à liberté d’expression.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes. Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.