Bonne nouvelle Un militant détenu arbitrairement a été libéré

Le militant égyptien Islam Khalil a bénéficié d’une libération assortie d’une mise à l’épreuve le 26 mars 2019, après plus d’un an en détention arbitraire. Un juge de la branche du terrorisme de la Cour pénale du Caire a ordonné sa libération le 19 février. Au lieu de libérer Islam Khalil, les autorités l’ont placé en détention au secret à partir du 25 février, refusant d’informer sa famille du lieu où il se trouvait. Malgré sa libération, Islam Khalil fait toujours l’objet d’accusations forgées de toutes pièces et doit passer deux heures dans un poste de police deux fois par semaine, selon les termes de sa mise à l’épreuve.

Le 19 février 2019, un juge a ordonné la libération assortie d’une mise à l’épreuve d’Islam Khalil. Le 25 février, Islam Khalil a été déplacé de la maison d’arrêt de Tora à un poste de police dans sa ville de résidence, Al Santa (gouvernorat de Gharbia), afin de terminer les procédures de libération. Au lieu de le libérer, conformément à l’ordre de la cour, les autorités l’ont placé en détention au secret, refusant d’informer sa famille du lieu où il se trouvait. Il a finalement bénéficié d’une libération assortie d’une mise à l’épreuve le 26 mars.

Le 10 mars 2018, des membres de l’Agence nationale de sécurité avaient enlevé Islam Khalil. Il a fallu trois semaines à ses proches pour apprendre qu’il se trouvait dans la maison d’arrêt de Tora. Les autorités l’ont ensuite gardé en détention arbitraire pendant plus d’un an, dans l’attente d’une enquête sur les accusations forgées de toutes pièces d’« appartenance à un groupe illégal » et de « diffusion de fausses informations », malgré la libération de ses coaccusés en septembre 2018. Amnesty International pense que sa détention et les chefs d’inculpation forgés de toutes pièces retenus contre lui étaient liés à son militantisme politique.

Islam Khalil avait déjà été victime de disparition forcée en 2015, pendant 122 jours. Pendant cette période, il a été victime de torture, de détention à l’isolement et de conditions de détention difficiles.

Amnesty International avait appelé les autorités égyptiennes à révéler le lieu où se trouvait Islam Khalil, à le libérer et a abandonner tous les chefs d’inculpation retenus contre lui.

LIEN VERS L’AU PRÉCÉDENTE : https://www.amnesty.org/download/Documents/MDE1200232019FRENCH.pdf

J'agis

AUCUNE ACTION COMPLÉMENTAIRE N’EST REQUISE. UN GRAND MERCI À TOUTES LES PERSONNES QUI ONT ENVOYÉ DES APPELS.


Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !