Bonne nouvelle Un refugié syrien rejoint sa famille en Australie

Fadi Mansour, un réfugié syrien, a enfin retrouvé sa famille à Melbourne, en Australie, le 11 juin. Il était détenu au centre pour étrangers en instance d’expulsion d’Adana, dans le sud-est de la Turquie, depuis le 19 mars. Avant cela, il avait été détenu arbitrairement dans des conditions inhumaines à l’aéroport Atatürk d’Istanbul pendant plus d’un an.

Fadi Mansour, un réfugié syrien, a enfin retrouvé sa famille à Melbourne, en Australie, le 11 juin.

Fadi Mansour avait passé plus d’un an en détention arbitraire dans des conditions inhumaines dans la « salle des passagers à problèmes » de l’aéroport Atatürk d’Istanbul. Amnesty International avait d’abord demandé sa libération de l’aéroport en décembre 2015, puis avait fait activement campagne en sa faveur à l’occasion de la date anniversaire du début de sa détention à l’aéroport, le 15 mars, ce qui avait attiré l’attention des médias sur son affaire. Le 23 mars, il avait été transféré au centre pour étrangers en instance d’expulsion d’Adana, dans le sud-est de la Turquie. Son avocat avait déposé un recours devant le tribunal administratif d’Adana pour protester contre sa détention prolongée. La décision quant à ce recours n’avait toujours pas été rendue lorsqu’un visa humanitaire spécial mondial a été délivré à Fadi Mansour la semaine dernière.

Le 13 juin, lors d’une conversation téléphonique avec Amnesty International, Fadi Mansour a évoqué sa joie d’être enfin libre et sa gratitude envers toutes les personnes qui ont lancé des appels aux autorités turques pour permettre sa libération.

Un grand merci à tous ceux qui se sont mobilisés pour cet homme. Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes.

Ceci est la deuxième mise à jour de l’AU 282/15. Pour plus d’informations : https://www.amnesty.org/fr/documents/EUR44/3683/2016/fr/.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse