Bonne nouvelle Une communauté indigène s’est vu accorder des mesures de protection

Les autorités du Paraguay ont demandé qu’une enquête impartiale et indépendante soit ouverte sur les attaques contre Amada Martínez, dirigeante de la communauté indigène tekoha sauce, et a accordé des mesures de protection physique à la communauté. De plus, l’Institut du Paraguay pour les Affaires indigènes a reconnu officiellement Cristóbal Martínez comme le représentant de la communauté, permettant ainsi à ses membres de faire valoir leurs droits à leurs terres ancestrales.

Le 8 août, Amada Martínez, défenseure des droits humains de la communauté indigène tekoha sauce (sud-est du Paraguay) a été menacée par trois hommes armés dont l’uniforme portait le logo de la centrale hydroélectrique Itaipú Binational (Paraguay-Brésil), en présence de trois enfants, de sa sœur et d’un chauffeur de taxi. À la suite d’une Action urgente, Amada Martínez a pu porter plainte auprès du Bureau du médiateur (bureau 1) et demander des mesures conservatoires au directeur chargé des droits humains du Bureau du procureur. Le directeur chargé des droits humains a demandé l’ouverture d’une enquête impartiale et indépendante au procureur de Minga Porã, où Amada Martínez a été attaquée.

Le 27 août, des représentants de la plate-forme sauce de Pytyvohára, une coalition de sept organisations de défense des droits humains, ont participé à une réunion lors de laquelle le vice-ministre de la Sécurité a ordonné au directeur chargé des droits humains du ministère de l’Intérieur de soutenir la communauté dans ses revendications concernant ses terres ancestrales. Le vice-ministre de la Sécurité a ordonné qu’une visite soit faite à la communauté et a proposé d’installer une baraque de la police dans la zone en tant que mesure de protection. Après la visite, la communauté indigène tekoha sauce a demandé que la police patrouille chaque jour à des heures définies.

En plus de ces mesures, le 5 septembre, des membres de la plate-forme sauce de Pytyvohára accompagnés du directeur chargé des droits humains du ministère de l’Intérieur ont rencontré le président de l’Institut du Paraguay pour les Affaires indigènes (Instituto Paraguayo del Indígena, INDI) afin de discuter d’autres probèmes non résolus. L’INDI s’est engagé à reconnaître officiellement Cristóbal Martínez en tant que représentant indigène de la communauté tekoha sauce après une visite de vérification, à fournir une aide humanitaire et à promouvoir l’achat de terres de remplacement pour la communauté.

Le 2 octobre, l’INDI a rendu visite à la communauté et a reconnu officiellement Cristóbal Martínez comme responsable le 9 octobre, ce qui permettra à la communauté de faire valoir ses droits à ses terres ancestrales devant les tribunaux paraguayens. Le 22 octobre, un camion de l’INDI a fourni des trousses de premiers soins à la communauté.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels. Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes.

Ceci est la première mise à jour de l’AU 149/18. https://www.amnesty.org/fr/documents/amr45/8931/2018/fr/

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.