Bonne nouvelle Une famille demandeuse d’asile a été libérée

Astrid, 15 ans, et son père Arturo, tous deux demandeurs d’asile, ont été relâchés du Centre d’hébergement du comté de Berks, centre de rétention pour migrants, le 23 mars, grâce à la requête de leurs avocats qui ont obtenu la réouverture de leur dossier et grâce à la pression internationale en faveur de leur libération dans l’attente de la réponse à leur demande d’asile.

Astrid, 15 ans, et son père Arturo, 49 ans, ont déposé une demande d’asile aux États-Unis après avoir fui leur pays d’origine, le Guatemala, en raison de leur appartenance au peuple indigène quiché. Ils ont vécu une vie normale dans leur communauté depuis leur arrivée aux États-Unis en 2015 jusqu’au 20 février 2018, lorsque des agents du Service de contrôle de l’immigration et des douanes (ICE) sont venus les chercher chez eux et les ont enfermés au Centre d’hébergement du comté de Berks, à Leesport, en Pennsylvanie.

Le 23 mars, Astrid et Arturo ont enfin été libérés après que leurs avocats d’Aldea – Centre de justice du peuple ont obtenu la réouverture du dossier et qu’Amnesty International États-Unis a remis des pétitions signés par des sympathisants du monde entier au bureau de terrain de l’ICE de Philadelphie, demandant à son responsable de libérer la famille. Alors qu’ils étaient en quête de protection, ils ont été détenus au Centre d’hébergement du comté de Berks, en Pennsylvanie, pendant 32 jours. Les militants ont passé plus de 1 600 appels téléphoniques et plus de 78 000 personnes dans le monde ont signé les pétitions réclamant leur libération.

Aucune action complémentaire n’est pour l’instant requise de la part des membres du réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !