YEMEN  : Mohammed Abdel Qadir Incommunicado detention/ fear of torture or ill-treatment/ fear of forcible return

MDE 31/007/2006

Further Information on UA 224/05 (MDE 31/015/2005, 31 August 2005)

Incommunicado detention/ fear of torture or ill-treatment/ fear of forcible return

YEMEN  : Mohammed Abdel Qadir (m), Somali national

31 July 2006

Mohammed Abdel Qadir was released from detention in Political Security in the capital Sana’a in June 2006. He had been detained for more than ten months. He was not charged with any offence and was not brought before a court at any time during his detention.

Mohammed Abdel Qadir, a security guard at the office of the international news agency Associated Press (AP) in Sana’a, was reportedly arrested at the AP office at around 8am on 25 August 2005 by members of Political Security.

It was reported that he was beaten by security forces apparently for refusing to provide information about AP journalists.

After his release, Mohammed Abdel Qadir thanked all those who worked on his behalf.

Many thanks to all who sent appeals. No further action is required.

Communication au réseau Action Urgente juillet-août 2006
}}D’abord, une bonne nouvelle ! Adib Abdel Rahman Yusuf, le défenseur des droits humains qui avait fait l’objet de l’AU 285/04 (AFR 54/133/2004 du 8 octobre 2004), a été libéré le 19 avril 2005, après avoir passé sept mois en détention sans inculpation ni jugement. De toute évidence, il a reçu des copies des appels lancés en son nom, puisqu’il a entrepris d’écrire personnellement à chacun des membres du Réseau AU qui sont intervenus en sa faveur ! Fin 2005, il envoyait encore des lettres aux membres du réseau, ce qui donne une idée du nombre d’appels générés par son AU.
Toute l’équipe, à savoir Marie-Françoise, John et Brian vous souhaite de très bonnes vacances 2006 ! Merci de votre soutien.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse