Bonne nouvelle Irak. Le journaliste Jafar al Nasrawi relaxé.

Informations complémentaires sur l’AU 187/13, MDE 14/014/2013, 23 juillet 2013 Jafar al Nasrawi, journaliste irakien travaillant pour la chaîne de télévision par satellite Al Sumariya, a été relaxé le 22 juillet par le tribunal pénal d’Al Russafa, à Bagdad (Irak). Il avait été arrêté trois jours plus tôt pour avoir participé à une manifestation antigouvernementale. Le 19 juillet, Jafar al Nasrawi a été arrêté par une unité de la police fédérale sur la place Tahrir, à Bagdad, parce qu’il participait à une manifestation antigouvernementale. Il a été emmené dans un poste de police de Bab al Madham, à Bagdad. Plus tard dans la journée, il a été déféré à un juge d’instruction qui l’a interrogé avant de l’inculper de « participation à une manifestation non autorisée ». Dans l’attente de son procès, il a été libéré dans la nuit moyennant une caution de cinq millions de dinars irakiens (environ 3 250 euros). Le 22 juillet, le tribunal pénal d’Al Russafa l’a relaxé et a annulé la caution. Le 18 juillet, Jafar al Nasrawi avait indiqué sur sa page Facebook que d’autres personnes et lui allaient participer à la manifestation le lendemain et qu’ils scanderaient : « Non à un gouvernement qui nourrit le sectarisme dans mon pays, non à un gouvernement qui pille les ressources de mon pays, non à un gouvernement dont les forces de sécurité tuent les fils de mon pays […]. » En Irak, des journalistes sont arrêtés pour avoir couvert des manifestations ou des sit-in antigouvernementaux ou pour avoir participé eux-mêmes à des manifestations. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.