Bonne nouvelle Etats Unis. Un tribunal fédéral au Texas, suspend l’exécution de Robert Campbell

Informations complémentaires sur l’AU 90/14, AMR 51/031/2014, 14 mai 2014 Le 13 mai, un tribunal fédéral a suspendu l’exécution au Texas de Robert Campbell, deux heures et demie avant l’heure prévue. Ce sursis permettra à ses avocats de faire valoir leur recours selon lequel Robert Campbell présente une déficience intellectuelle qui rend son exécution inconstitutionnelle. Robert Campbell a été condamné à mort en 1992 pour le meurtre d’Alexandra Rendon commis en 1991 à Houston, au Texas. Il avait tout juste 18 ans au moment du crime et sortait d’une enfance marquée par de graves privations et maltraitances. Afro-américain, il a été jugé devant un jury composé exclusivement de Blancs, dans le comté de Harris. Le 5 mai 2014, les avocats de Robert Campbell ont présenté un recours devant une juridiction de l’État du Texas. S’appuyant sur les conclusions d’une évaluation réalisée le 4 avril, ils ont avancé que leur client présentait une légère déficience intellectuelle qui rendrait son exécution illégale aux termes de la décision rendue en 2002 par la Cour suprême des États-Unis dans l’affaire Atkins c. Virginie, interdisant l’exécution de personnes souffrant d’un « retard mental ». L’évaluation a été réalisée par une experte en neuropsychologie clinique, qui a évalué à 69 le quotient intellectuel (QI) de Robert Campbell et a déclaré qu’il souffrait d’un « léger retard mental ». Le 8 mai, la Cour d’appel pénale du Texas a refusé, à cinq voix contre quatre, d’accorder un sursis à Robert Campbell, au motif que le recours déposé (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse