Bonne nouvelle Bahreïn. Un responsable de l’opposition, Khalil al Marzouq, a été relaxé.

Informations complémentaires sur l’AU 256/13, MDE 11/018/2014, 25 juin 2014 Khalil al Marzouq, un responsable de l’opposition bahreïnite qui avait été inculpé d’incitation à la violence, a été relaxé. Il est possible qu’il soit toujours soumis à des restrictions concernant ses déplacements. Khalil al Marzouq, secrétaire général adjoint de la principale formation politique de l’opposition, al Wefaq, a été relaxé le 25 juin 2014 par la troisième chambre de la Haute Cour criminelle. Il comparaissait pour incitation à la violence. Le bureau du procureur a fait savoir qu’il allait étudier cette décision et les raisons qui l’ont motivée, et qu’il pourrait interjeter appel. Khalil al Marzouq avait été inculpé d’incitation à la violence le 17 septembre 2013, à la suite d’un discours qu’il avait prononcé le 6 septembre à Saar, dans le nord-ouest du pays, lors d’un rassemblement organisé par des groupes d’opposition et auquel ont assisté près de 6 000 personnes. Dans son discours, cet homme critiquait le gouvernement. Tandis qu’il était concentré sur ce qu’il disait, un homme masqué s’est approché de lui et lui a donné un drapeau blanc que Khalil al Marzouq a pris avant de le poser. Le drapeau blanc serait un symbole de la Coalition du 14 février, un mouvement de jeunes catalogué comme organisation terroriste par les autorités en mars 2014. Khalil al Marzouq niait les charges retenues contre lui. On ignore si les restrictions imposées à cet homme concernant ses déplacements ont été levées ou si elles sont maintenues. Aucune (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse