Bonne nouvelle Une adolescente victime de viol autorisée à avorter

Informations complémentaires sur l’AU 65/10, AMR 13/004/2010, 23 mars 2010 Une adolescente de 15 ans de la province de Chubut, dans le sud de l’Argentine, s’est fait avorter en toute légalité le 20 mars. Elle était tombée enceinte après avoir été violée par son beau-père. Une juge aux affaires familiales avait statué contre l’avortement mais cette décision a été annulée en appel. Le 12 mars, une juge du deuxième tribunal des affaires familiales de Comodoro Rivadavia avait estimé que la jeune fille ne pouvait pas se faire avorter. Les avocats de l’adolescente avaient fait appel de cette décision, arguant du fait que le Code pénal argentin autorise l’avortement lorsque la vie ou la santé de la mère est en danger. Il était à craindre qu’un délai supplémentaire dans la procédure judiciaire ne rende l’avortement impossible, mais la cour d’appel de la province de Chubut a réagi rapidement et fait savoir cet avortement serait légal. L’avortement a été pratiqué le 20 mars. L’hôpital qui avait déjà refusé de pratiquer cet avortement a persisté dans son refus, c’est donc un autre hôpital de la province qui s’en est chargé. Cette jeune fille a subi durant de nombreuses années des abus sexuels de la part de son beau-père. Les violences dont elle a été victime ont été signalées aux autorités lorsque l’adolescente s’est rendu compte qu’elle était enceinte. Une enquête a été ouverte sur ces violences. Amnesty International reste préoccupée par le fait que cette affaire est emblématique d’un problème largement répandu en Argentine, (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse