Bonne nouvelle Des manifestants emprisonnés remis en liberté provisoire

Informations complémentaires sur l’AU 214/09, MDE 13/055/2010 Behzad Nabavi et Kian Tajbakhsh ne sont pas retournés en prison après avoir été remis en liberté provisoire sous caution. Behzad Nabavi, un ancien parlementaire, a été libéré le 16 mars pour une durée de 20 jours afin de pouvoir bénéficier de soins médicaux et n’a pas été ramené en prison. Il a été condamné à cinq ans d’incarcération pour « agissements contre la sécurité nationale ». Kian Tajbakhsh, un universitaire de nationalité américano-iranienne, a été libéré le 13 mars 2010 pour 15 jours en échange d’une caution. Lui non plus n’est pas retourné en prison. Cet homme avait été initialement condamné à 15 années de réclusion, mais sa peine a été ramenée à cinq ans en appel. Il a été déclaré coupable d’« agissements contre la sécurité nationale » ainsi que d’« espionnage » et de « contacts avec des étrangers opposés au régime ». Sept autres hommes figurent parmi les personnes déjà libérées sous caution : Hossein Rassam, un Iranien employé par l’ambassade du Royaume-Uni à Téhéran, l’ancien vice-président Mohammad Ali Abtahi, l’ancien vice-ministre de l’Intérieur Mohammad Atrianfar, l’ancien vice-ministre des Affaires étrangères Mohsen Aminzadeh, l’ancien porte-parole du gouvernement Abdollah Ramazanzadeh, l’ancien parlementaire Mohsen Mirdamadi et Maziar Bahari, un journaliste irano-canadien travaillant pour Newsweek, qui a été autorisé depuis lors à quitter l’Iran. La plupart de ces personnes ont été condamnées à des peines d’emprisonnement. Leurs appels pourraient être examinés (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !