Bonne nouvelle Libération du défenseur des droits humains Emadeddin Baghi

Informations complémentaires sur l’AU 05/10, MDE 13/068/2010 Le défenseur des droits humains Emadeddin Baghi a été libéré sous caution le 23 juin, après avoir passé près de six mois en détention sans jugement. Son procès est prévu pour le 7 juillet. S’il est reconnu coupable et emprisonné, Amnesty International le considérera alors comme un prisonnier d’opinion. Emadeddin Baghi était détenu à la prison d’Evin, à Téhéran. Il a été remis en liberté contre le paiement d’une caution de 2 milliards de rials (environ 163 000 euros). Des photos prises après sa libération montrent qu’il a considérablement maigri durant sa détention. Il doit comparaître en justice le 7 juillet pour « propagande contre l’État » et « collusion en vue de porter atteinte à la sécurité nationale ». Ces accusations sont liées à un entretien qu’il a eu avec le grand ayatollah Montazeri, un haut dignitaire religieux très critique à l’égard du régime qui est décédé en décembre 2009. Cet entretien, filmé environ deux ans auparavant, a été diffusé sur la chaine de télévision en persan de la BBC peu après la mort du grand ayatollah. Emadeddin Baghi a été arête quelques jours plus tard. Le 28 décembre 2009, à 6h45 du matin, quatre agents armés en civil se sont introduits de force chez Emadeddin Baghi et l’ont appréhendé. Ils ont refusé de présenter des pièces d’identité et ont sauvagement battu son beau-frère. Lorsqu’Emadeddin Baghi a assuré à sa femme et à sa fille qu’il serait courageux en prison, les agents lui ont dit qu’il ne vivrait pas assez longtemps pour avoir (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse