Bonne nouvelle Un juge fédéral suspend l’ exécution de Jeffrey Matthews dans l’Oklahoma

Information complémentaire sur AU 140/10 index : AMR 51/072/2010 Jeffrey Matthews a bénéficié d’un sursis de 60 jours prononcé par un juge fédéral le 17 août, quelques heures avant le moment où il devait être exécuté. C’est la troisième fois en trois mois que son exécution est suspendue. Le juge fédéral de district Stephen Friot a prononcé ce sursis après que les avocats de Jeffrey Matthews ont introduit, le 17 août, une requête d’urgence portant sur la procédure d’injection létale qui devait être utilisée pour son exécution, prévue ce jour-là à 18 heures. Ces derniers avaient appris, lors d’un appel téléphonique d’un substitut du procureur général de l’Oklahoma reçu la veille, que l’administration pénitentiaire n’avait pas pu se procurer le thiopental de sodium, anesthésique utilisé selon le protocole d’injection létale de cet État. Ils ont été informés que les autorités avaient l’intention de remplacer celui-ci par un autre médicament, le Brevital, également appelé méthohexital, pour l’exécution de Jeffrey Matthews. Leur requête indique que cette substance n’a jamais été utilisée par aucun État pour une exécution, et ils y qualifient la solution envisagée par les autorités de « purement et simplement expérimentale », en soulignant que « la modification de dernière minute de leur protocole crée le risque que M. Matthews n’endure une souffrance et une douleur conscientes qui pourraient être évitées pendant son exécution ». Par ailleurs, ils s’interrogent dans cette requête sur la raison pour laquelle les autorités ont attendu le (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.