Bonne nouvelle Libération de ressortissants érythréens en Libye

Informations complémentaires sur l’AU 150/10, MDE 19/018/2010, 7 septembre 2010 Environ 200 Érythréens qui étaient détenus en Libye ne risquent plus d’être renvoyés de manière imminente en Érythrée, où ils auraient couru le risque d’être torturés ou soumis à d’autres formes de mauvais traitements. Le 7 juillet, les autorités libyennes ont annoncé que 400 Érythréens avaient été libérés des centres de détention dans lesquels ils étaient incarcérés et qu’ils bénéficiaient d’un permis de séjour de trois mois. L’annonce des autorités semble avoir été le résultat des pressions exercées à l’échelle internationale, en particuliers par Amnesty International. D’après les informations reçues par Amnesty International, dans la nuit du 29 juin 2010, une centaine de soldats et de policiers ont encerclé le centre de détention de Misratah où étaient détenus 230 Érythréens. Ils étaient équipés semble-t-il de pistolets à gaz lacrymogène et d’autres armes. Le 30 juin, vers 5 heures du matin, ces soldats et policiers seraient entrés dans les cellules et auraient commencé à frapper les détenus à coups de bâton et de fouet. Au moins 14 personnes auraient été grièvement blessées, puis hospitalisées le lendemain. Le même jour, plus de 200 détenus érythréens ont été transférés de force dans deux camions de Misratah au centre de détention d’al Birak, à Sabha, où ils ont été détenus dans des conditions déplorables, dans la crainte d’être renvoyés de force dans leur pays. S’ils étaient renvoyés en Érythrée, ils risquaient d’y être torturés et soumis à d’autres (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.