Bonne nouvelle Irak, un détenu, Khalil Ibrahim Muhammad Azzawi al Jibbouri, a pu consulter son avocat.

Informations complémentaires sur l’AU 81/11 Un homme qui avait été arrêté le 7 mars en Irak par une unité conjointe des forces américaines et irakiennes et dont le frère, arrêté avec lui, serait mort en détention, a pu consulter son avocat. Il est donc beaucoup moins susceptible d’être torturé. Khalil Ibrahim Muhammad Azzawi al Jibbouri, instituteur, a été arrêté avec son frère, Ayad Ibrahim Muhammad Azzawi al Jibbouri, le 7 mars à l‘aube dans la ville de Tikrit, à 140 kilomètres au nord-ouest de Bagdad. Une unité conjointe des forces américaines et irakiennes a effectué une descente à leur domicile et les a emmenés. Le 8 mars, leurs proches ont reçu un appel de la morgue de Tikrit leur demandant de venir chercher le corps d’Ayad. Sur place, on les a informés que les forces américaines avaient amené le corps d‘Ayad Ibrahim Muhammad Azzawi al Jibbouri. Selon sa famille, il présentait des blessures par balle bien visibles, notamment à la tête et à la poitrine. L’avocat de Khalil Ibrahim Muhammad Azzawi al Jibbouri a indiqué à Amnesty International qu’il avait pu rencontrer son client le 20 mars et que ce dernier était toujours détenu par le service antiterroriste à Bagdad. Il a également déclaré que son client avait été interrogé en sa présence par le juge d’instruction le 20 mars. Les interrogatoires précédents s’étaient déroulés sans que l’avocat de Khalil Ibrahim Muhammad Azzawi al Jibbouri soit présent. Khalil Ibrahim Muhammad Azzawi al Jibbouri a été interrogé à propos des activités de son frère. Khalil Ibrahim (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir