Bonne nouvelle Pérou. Des dirigeants syndicalistes libérés en attendant l’issue de leur procès.

Informations complémentaires sur l’AU 15/10, AMR 46/004/2011 Les dirigeants syndicalistes péruviens Pedro Condori Laurente et Antonio Quispe Tamayo ont été libérés le 29 mars, en attendant l’issue de leur procès. Ils étaient tous deux maintenus en détention depuis le 11 janvier 2011, pour des accusations infondées. Aucun élément prouvant leur culpabilité n’a été présenté et Amnesty International pense que ces deux hommes n’ont été inculpés qu’à cause de leur travail pacifique de défense des droits humains. Pedro Condori Laurente est le secrétaire général du syndicat minier de Casapalca. Antonio Quispe Tamayo est le secrétaire chargé des organisations au sein de ce syndicat. Les deux hommes ont été accusés d’infractions contre l’administration publique, de recours à la violence et de rébellion au moment de leur arrestation. Les charges retenues contre Pedro Condori Laurente et Antonio Quispe Tamayo découlent de la mort accidentelle d’un mineur le 19 juillet 2010, dans la mine de Casapalca, dans la province de Huarochirí (département de Lima). Les deux syndicalistes sont restés sur place pour attendre l’arrivée d’un représentant du ministère public. Selon certaines sources, lorsque ce dernier est arrivé, il a tenté de déplacer le corps sans avoir recueilli le moindre élément pour déterminer si l’entreprise avait une responsabilité dans ce décès. Pedro Condori Laurente et Antonio Quispe Tamayo se sont plaints auprès de lui et ont refusé que l’on sorte le corps immédiatement, mais ils n’ont pas eu recours à la force. Une (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse