Bonne nouvelle Chine. Le militant Ding Fangguan assigné à résidence après sa libération

Informations complémentaires sur l’AU 92/11, ASA 17/023/2011, 3 mai 2011 Le défenseur des droits humains Ding Fangguan (également appelé Gu Chuan) a regagné son domicile, à Pékin. Cet homme, son épouse Li Xinai et leurs enfants sont illégalement assignés à résidence. La police a escorté Ding Fangguan jusqu’à son domicile le 22 avril 2011. Cet homme est actuellement illégalement assigné à résidence, ainsi que son épouse Li Xinai et leurs deux enfants en bas âge. Quatre à cinq policiers sont postés en permanence devant leur maison et n’autorisent que Li Xinai à sortir pour acheter de la nourriture. La police a indiqué à la famille de Ding Fangguan que celui-ci avait été libéré dans le cadre d’une procédure de qubao houshen (« obtention d’un garant en attendant le jugement ») – une forme de libération sous caution qui ne permet pas à la personne concernée de quitter sa ville ou son pays de résidence sans autorisation. Ce peut être une personne qui se porte garante ou il peut y avoir une garantie financière. La procédure est limitée à un an et s’applique normalement aux personnes soupçonnées d’infractions mineures ou contre lesquelles il n’existe pas de preuves suffisantes pour justifier une arrestation. Selon ses proches, Ding Fangguan est fatigué, affaibli et pâle. Il n’a pas encore pu ou voulu décrire en détail le traitement qu’il a subi lors de ses 62 jours de détention au secret. Amnesty International continuera de suivre l’évolution de la situation de cet homme et de sa famille et interviendra de nouveau si (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.