Bonne nouvelle Sameh Khouzam (h), ressortissant égyptien

AMR 51/006/2008 - Informations complémentaires sur l’AU 135/07 (AMR 51/097/2007, 5 juin 2007) Sameh Khouzam a été libéré de la prison du comté de York, en Pennsylvanie, le 15 janvier 2008, cinq jours après qu’un juge fédéral eut ordonné au gouvernement américain de ne pas le renvoyer en Égypte. Amnesty International craignait que cet homme ne soit torturé ou soumis à d’autres formes de mauvais traitements dans son pays. Bien qu’en 2004 une instance d’appel ait estimé que Sameh Khouzam était plus susceptible d’être torturé que de ne pas l’être s’il venait à être renvoyé en Égypte, les autorités américaines avaient l’intention de l’expulser sur la base d’assurances diplomatiques secrètes de la part des autorités égyptiennes, qui se seraient engagées à veiller à ce que Sameh Khouzam ne soit pas torturé à son retour. Dans sa décision, le juge a conclu que les autorités des États-Unis ne pouvaient procéder au renvoi de cet homme du fait que les assurances diplomatiques n’avaient pas été soumises à un examen impartial. Sameh Khouzam et ses avocats n’ont jamais été informés des détails de ces assurances. Le juge a estimé que Sameh Khouzam avait « apporté des preuves crédibles des tortures qu’il avait subies aux mains de responsables égyptiens de l’application des lois » et que « pas même le président des États-Unis ne dispos[ait] du pouvoir de sacrifier sur l’autel des relations internationales le droit de ne pas être torturé ». Sameh Khouzam n’a pas été libéré immédiatement car le gouvernement américain a demandé qu’il reste (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse