Bonne nouvelle Syrie. Libération de George Sabra

Informations complémentaires sur l’AU 224/11, MDE 24/056/2011, 22 septembre 2011 George Sabra a été libéré sans inculpation le 19 septembre, après avoir été déféré devant un tribunal civil à Qatana, au sud-ouest de Damas. Il avait été arrêté le 20 juillet et maintenu en détention au secret pendant deux mois. Chadi Sabra, le fils de George Sabra, qui vit en France, a déclaré à Amnesty International que son père avait été appréhendé par des membres du Service de renseignement militaire qui l’avaient emmené dans leurs bureaux de Qatana. Après quelques jours, George Sabra avait été transféré vers les locaux de Damas de ce même service, puis vers ceux de la Sûreté de l’État, dans la même ville, où il est resté jusqu’à sa remise en liberté. Selon son fils, il a été inculpé d’infractions liées au fait d’avoir parlé à des médias nationaux et internationaux, mais les charges ont toutes été abandonnées par le juge civil. Pendant qu’il était détenu dans chacun de ces locaux, il a été interrogé plusieurs fois sur les raisons qui l’ont poussé à agir de la sorte. Selon son fils, il n’a pas été victime de torture mais il pouvait entendre ce qu’il pensait être d’autres prisonniers se faisant torturer, dans le bâtiment de la Sûreté de l’État, à Damas. Il ne pouvait pas se laver ni se raser et aurait ainsi attrapé des poux. Un grand merci à toutes les personnes qui ont participé à cette action en faveur de George Sabra. Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes. Amnesty International va continuer de surveiller la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse