Bonne nouvelle Emirats Arabes Unis. Cinq militants émiriens graciés par le chef de l’état

Informations complémentaires sur l’AU 111/11, MDE 25/011/2011, 14 décembre 2011 Cinq militants émiriens ont bénéficié d’une grâce présidentielle. Ils ont été condamnés le 27 novembre pour avoir outragé publiquement le chef de l’État et d’autres hauts responsables, avant d’être graciés le lendemain. Amnesty International va continuer à demander l’effacement de leur casier judiciaire. Ahmed Mansoor, Nasser bin Ghaith, Fahad Salim Dalk, Hassan Ali al Khamis et Ahmed Abdul Khaleq ont été condamnés le 27 novembre 2011, à l’issue d’un procès manifestement inique. Nasser bin Ghaith, Fahad Salim Dalk, Hassan Ali al Khamis et Ahmed Abdul Khaleq ont été condamnés à une peine de deux ans d’emprisonnement pour diffamation ; Ahmed Mansoor a été condamné à trois ans d’emprisonnement. Ils ont été remis en liberté le lendemain, après la commutation de leurs peines par le président émirien, Khalifa bin Zayed Al Nahyan. Ces cinq hommes ont été arrêtés en avril 2011. En juin, ils ont été inculpés – en vertu de l’article 176 du Code pénal émirien – d’« outrage public » aux président, vice-président et prince héritier des Émirats arabes unis sur un forum de discussion politique en ligne qui était bloqué par les autorités depuis 2010. Les charges retenues contre eux n’ont pas été abandonnées et, leur casier judiciaire n’étant plus vierge, il risque de leur être difficile de conserver l’emploi qu’ils occupaient avant leur arrestation, d’en trouver un autre ou de se rendre à l’étranger. Amnesty International, qui a adopté les cinq hommes cités comme (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.