Bonne nouvelle Soudan. Libération sans inculpation de Mohamed Zain Al Abideen, un universitaire

Informations complémentaires sur l’AU 61/12, AFR 54/012/2012, 7 mars 2012

Le professeur Mohamed Zain Al Abideen a été libéré sans inculpation le 4 mars dernier au bout de 15 jours de détention au secret au Soudan. Il pense avoir été arrêté à cause d’un de ses articles dans lequel il critiquait le président soudanais Omar el Béchir.

Mohamed Zain Al Abideen, le doyen du collège d’enseignement supérieur à l’université Al Zaiem Al Azhari, à Omdurman, a été arrêté le 20 février par des agents du Service national de la sûreté et du renseignement (NISS) après avoir quitté son bureau, sur le campus. Les agents l’ont emmené au siège du NISS, où ils l’ont interrogé pendant une heure et demie au sujet d’un de ses articles dans lequel il critiquait le président soudanais Omar el Béchir, concernant la corruption du gouvernement. Mohamed Zain Al al Abideen a ensuite été transféré vers la prison de Kober à Khartoum, la capitale du Soudan. Il a été détenu pendant 15 jours dans une cellule de 2 m x 2,5 m, sans pouvoir contacter un avocat ou sa famille, avant d’être libéré sans inculpation le 4 mars.

Son article avait été publié dans le quotidien Al Tayar. Le NISS a confisqué chaque exemplaire du journal le jour même et a suspendu la publication le lendemain. On pense que l’Al Tayar a reçu l’autorisation de recommencer à publier le 7 mars.

Mohamed Zain Al Abideen a exprimé sa reconnaissance envers Amnesty International et tous ceux qui se sont mobilisés en sa faveur. Aucune action complémentaire n’est requise.

Ceci est la première mise à jour de l’AU 61/12. Pour en savoir plus : http://www.amnesty.org/fr/library/info/AFR54/010/2012/fr.

Nom : Mohamed Zain Al Abideen

Genre : homme

Informations complémentaires sur l’AU 61/12, AFR 54/012/2012, 7 mars 2012

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse