Bonne nouvelle Cuba. Un détracteur du gouvernement, Andrés Carrión Álvarez, relâché en attendant son procès.

Informations complémentaires sur l’AU 100/12, AMR 25/017/2012, 1er mai 2012 Andrés Carrión Álvarez, un détracteur du gouvernement, a été libéré de prison en attendant son procès pour des infractions inventées de toutes pièces. Andrés Carrión Álvarez a été remis en liberté le 13 avril 2012 en attendant son procès pour « trouble de l’ordre public » et pour avoir crié « liberté » et « à bas le communisme » juste avant une messe en plein air célébrée par le pape Benoît XVI, le 26 mars dernier. Le 16 avril, il a été de nouveau arrêté en compagnie d’Anyer Antonio Blanco Rodríguez, membre de l’Union patriotique de Cuba (UNPACU), un groupe d’organisations dissidentes, alors qu’ils discutaient dans un parc dans le centre de Santiago de Cuba. Andrés Carrión Álvarez a été de nouveau inculpé de « trouble de l’ordre public », avant d’être remis en liberté cinq heures plus tard. Anyer Antonio Blanco Rodríguez a été maintenu en détention pendant cinq jours, puis relâché sans inculpation. Entre autres conditions à sa libération, Andrés Carrión Álvarez doit se rendre dans un poste de police une fois par semaine, il n’est pas autorisé à quitter sa ville (la municipalité de Santiago de Cuba) sans autorisation préalable et il n’a pas le droit de s’associer avec des individus considérés comme des détracteurs du gouvernement par les autorités. La date du procès de cet homme n’a pas été décidée. Amnesty International appelle les autorités cubaines à lever sans condition les accusations portées contre lui, liées à l’exercice pacifique de son droit à la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.