Bonne nouvelle Syrie. Libération de deux journalistes turcs, Adem Özköse et Hamit Co ?kun,

Informations complémentaires sur l’AU 82/12, MDE 24/045/2012, 18 mai 2012

Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Les journalistes turcs Adem Özköse et Hamit Co ?kun sont rentrés en Turquie le 13 mai, après deux mois de détention en Syrie.

Adem Özköse, journaliste de 34 ans, et Hamit Co ?kun, caméraman de 21 ans, ont franchi la frontière turque pour se rendre en Syrie le 5 mars 2012. Lors de leur dernier contact avec leurs collègues, le 10 mars, ils se trouvaient dans la ville septentrionale d’Idlib. Ils ont confirmé à Amnesty International qu’ils avaient été capturés par des membres de chabiha (milices armées progouvernementales), qui les ont détenus dans plusieurs maisons jusqu’au 17 mars. Pendant cette période, ils ont été mis en joue à plusieurs reprises.

Le 17 mars, ils ont été emmenés au poste de police d’Idlib, puis dans un lieu de détention non identifié à Damas, la capitale, où chacun d’eux était détenu à l’isolement dans une petite cellule. Adem Özköse a expliqué à Amnesty International que sa cellule n’était pourvue que d’une toute petite fenêtre et qu’il ne voyait pas le soleil. Il a ajouté qu’il avait vu d’autres personnes, dont certaines n’avaient que 14 ans, détenues ensemble dans de petites cellules surpeuplées. Bien qu’Adem Özköse et Hamit Co ?kun aient tous les deux confirmé qu’ils n’avaient pas été torturés physiquement, ils ont régulièrement entendu d’autres détenus pleurer et crier dans la prison, ce qu’ils attribuent à des actes de torture.

Ils ont été contraints à dormir à même le sol avec peu de couvertures et devaient manger à la main. Ils étaient autorisés à utiliser brièvement les toilettes trois fois par jour, à heures précises.
Malgré des demandes répétées, les autorités syriennes n’ont donné à ces deux hommes aucune information concernant les raisons de leur arrestation et de leur détention prolongée.

Leur libération a été négociée par les autorités iraniennes. Ils ont transité par l’Iran avant de rejoindre la Turquie. Deux Iraniens enlevés en Syrie par des forces d’opposition, semble-t-il, ont également été relâchés peu après, bien que l’Iran ait démenti tout lien entre ces deux affaires.
Adem Özköse et Hamit Co ?kun ont indiqué à Amnesty International qu’ils avaient beaucoup apprécié les efforts et le soutien des membres de l’organisation à leur égard et qu’ils souhaitaient remercier toutes les personnes qui avaient écrit aux autorités syriennes en leur faveur.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Ceci est la troisième mise à jour de l’AU 82/12. Pour plus d’informations : http://amnesty.org/fr/library/info/MDE24/043/2012/fr.

Informations complémentaires sur l’AU 82/12, MDE 24/045/2012, 18 mai 2012

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir