Bonne nouvelle Egypte. L’armée libère un militant Mahmoud Mohamed Amin

Informations complémentaires sur l’AU 145/12, MDE 12/021/2012, 2 juillet 2012

Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Aucune action complémentaire n’est requise.

Mahmoud Mohamed Amin a été libéré le 19 juin 2012. Il était jusque-là en détention provisoire dans une prison du Caire, la capitale égyptienne. Les charges pesant sur lui n’ont pas été abandonnées, et il est susceptible de comparaître devant un tribunal militaire.

Amnesty International a rencontré Mahmoud Mohamed Amin au Caire le 26 juin 2012. Cet homme a raconté avoir participé à la manifestation à Abbaseya, au Caire, le 4 mai dernier, pour exprimer sa solidarité envers Atef Al Gohary, un de ses amis tué lors d’un sit-in organisé au même endroit le 2 mai. Au moment de ce sit-in, Mahmoud Mohamed Amin était à l’hôpital où il devait subir une intervention, car il souffrait de névralgie faciale depuis qu’il avait été touché par des plombs de fusil lorsque la police antiémeute a tiré sur la foule lors du soulèvement de janvier 2011 sur la place Tahrir. Gravement blessé au visage, il a perdu l’usage de son œil droit.

Des militaires l’ont battu et arrêté le 4 mai, le blessant aussi à l’œil gauche. Cette blessure est guérie depuis. Mahmoud Mohamed Amin affirme ne pas avoir bénéficié de soins adéquats pendant qu’il était en prison au Caire. Il n’a reçu que des antidouleurs légers pour les lésions nerveuses qui lui faisaient mal. Il a souffert davantage pendant la grève de la faim qu’il a menée du 20 mai au 10 juin environ. Durant cette période, il a été placé à l’isolement. Il avait d’abord partagé une cellule avec 45 personnes.

Avant que cet homme soit libéré, plusieurs éminents journalistes en Égypte ont écrit des articles à propos de son état de santé, se référant aux documents d’Amnesty International et critiquant le fait qu’il n’ait pas reçu les soins nécessaires, en tant que membre actif de la « Révolution du 25 janvier », tandis que l’ancien président égyptien Hosni Moubarak bénéficie de toute l’attention médicale dont il a besoin.

Mahmoud Mohamed Amin a remercié Amnesty International pour avoir fait campagne en sa faveur, et demandé à l’organisation de surveiller la situation des personnes arrêtées le 4 mai dernier lors de la manifestation à Abbaseya et qui sont maintenues en détention.

Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Aucune action complémentaire n’est requise.

Ceci est la première mise à jour de l’AU 145/12. Pour plus d’informations : http://www.amnesty.org/fr/library/info/MDE12/018/2012/fr.
Nom : Mahmoud Mohamed Amin
Genre : homme

Informations complémentaires sur l’AU 145/12, MDE 12/021/2012, 2 juillet 2012

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse