Signer en ligne Armes belges au Yémen : la précaution s’impose !

Le Yémen est un petit pays de la péninsule arabique qui ne fait pas les premiers titres de l’actualité et pourtant… Une guerre civile y fait rage depuis septembre 2014, date à laquelle le groupe armé des Houthis s’est rebellé contre le gouvernement du président Hadi, nouvellement élu à la suite de la révolution yéménite de 2011 qui avait chassé le président Saleh du pouvoir. La guerre civile s’est internationalisée en mars 2015, lorsqu’une coalition de neuf pays menée par l’Arabie Saoudite a vu le jour et décidé de soutenir le gouvernement yéménite du président Hadi réfugié à Riyad. Violations du droit international humanitaire et des droits humains L’intervention de cette coalition a déclenché un véritable conflit armé dans lequel toutes les parties ont commis de nombreuses atteintes au droit international humanitaire et relatif aux droits humains. Depuis le 25 mars 2015, Amnesty International a recensé au moins 34 frappes aériennes qui auraient violé le droit international humanitaire et qui sont imputables à la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite. Ces frappes ont fait 494 morts, dont au moins 148 enfants, et 359 blessés parmi la population civile. Ces attaques ont pour certaines été commises sans discernement et d’autres semblent avoir délibérément visé des infrastructures fréquentées par des civils, ce qui en ferait des crimes de guerre. Des écoles, des hôpitaux mais aussi des marchés ont ainsi été détruits. De manière générale, ce conflit a fait 7 400 morts dont 1 400 enfants ainsi que 40 000 blessés (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.