Signer en ligne Demandez justice pour Hakan Yaman, torturé le 3 juin 2013

Hakan Yaman, âgé de 37 ans et père de deux enfants, a été passé à tabac par la police près de son domicile dans le quartier Sarigazi à Istanbul, le 3 juin 2013.

Passé à tabac et laissé pour mort

Aux alentours de 22 h30 – 23 heures, Hakan Yaman rentrait chez lui après le travail (il est chauffeur de minibus). Il a garé son véhicule à quelques rues de son domicile et a marché jusque chez lui. Une manifestation avait lieu non loin de là sur l’avenue Demokrasi.

Il a expliqué à Amnesty International ce que ces policiers lui ont fait subir :
« D’abord, j’ai été aspergé par un canon à eau. Ensuite, une grenade lacrymogène m’a atteint à l’estomac et je suis tombé. Cinq policiers se sont approchés de moi et ont commencé à me frapper à plusieurs reprises à la tête. L’un d’entre eux m’a crevé l’œil. J’étais étendu sur le sol, je ne bougeais plus. J’ai entendu l’un des policiers dire - celui-ci a son compte, on va l’achever. Ils m’ont traîné sur 10-20 mètres environ et m’ont jeté dans un feu. Ils sont partis et je me suis alors traîné hors du feu. Un manifestant m’a ensuite transporté à l’hôpital ».

« Celui-ci a son compte, on va l’achever. »

Hakan Yaman souffre de blessures graves au visage et à la tête. Il a perdu un œil, a eu une fracture du crâne et des brûlures au deuxième degré.

Hakan Yaman a porté plainte au pénal pour tentative d’assassinat. Il est aujourd’hui sans emploi. Il a subi 6 opérations et d’autres opérations sont à venir. Il est profondément traumatisé.

Demandez à ce que justice soit enfin rendue

À ce jour, les policiers responsables de l’agression n’ont pas encore été identifiés. D’après son avocate, plus de 40 policiers ont été interrogés et aucun n’a reconnu avoir participé à l’agression. Celle-ci a été filmée à partir d’un téléphone portable et les images identifient clairement le véhicule canon à eau utilisé par les policiers en question. Cette vidéo n’a néanmoins pas encore abouti à l’identification des policiers assignés au véhicule.

Amnesty International demande au Procureur d’Istanbul de mener l’enquête à son terme au plus vite et de traduire les policiers qui ont laissé Hakan Yaman pour mort en justice afin qu’ils soient rendus responsables de leurs actes.

J'agis

Signer en ligne
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.