Signer en ligne Des femmes et des enfants punis pour des crimes qu’ils n’ont pas commis

La guerre menée contre le groupe armé se désignant sous le nom d’État islamique (EI) en Irak est peut-être finie, mais les souffrances des Irakiens sont bien loin d’avoir pris fin.

Un récent rapport d’Amnesty International révèle la situation désespérée et la discrimination généralisée dont sont victimes les femmes et enfants soupçonnés d’avoir des liens avec l’EI.

DES FEMMES “BOUCS ÉMISSAIRES”

Les femmes qui ont perdu leurs conjoints ou compagnons au conflit, facilement qualifiées de « veuves de l’EI », sont désignées comme des boucs émissaires. Il suffit d’un lien lointain à quelqu’un ayant fui d’une zone contrôlée par l’EI ou soupçonné d’avoir travaillé comme non-combattant pour l’EI en tant que cuisinier ou chauffeur par exemple pour que femmes et enfants soient sanctionnés pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Ils sont alors privés d’aide humanitaire, de nourriture, de soins de santé et de documents d’identité en raison de ces liens présumés avec l’EI .

ISOLATION, EXPLOITATION SEXUELLE ET PUNITION COLLECTIVE

Ces femmes et ces enfants voient par ailleurs leur liberté de mouvement limitée. Maintenus dans des camps de personnes déplacées, ils n’ont pas accès aux documents d’identité ou aux documents nécessaires pour trouver un travail ou pour se déplacer librement. Celles et ceux qui ont réussi à retourner chez eux ont subi attaques, expulsions et arrestations par les autorités tribales et locales, les forces irakiennes - y compris les unités de mobilisation populaire - , d’autres milices alignées sur le gouvernement et des dirigeants communautaires.

Dans les camps des déplacés, où règne une discrimination généralisée, un grand nombre de femmes subissent des violences sexuelles alors même qu’elles sont censées y trouver protection. Elles vivent alors dans une peur constante et beaucoup ont envisagé d’ôter leur propre vie tant leur situation leur semble désespérée.

Ces personnes qui ont été chassées de leur communauté n’ont nulle part où aller et sont enfermées dans des camps, ostracisées et privées de nourriture, d’eau, d’accès aux soins de santé et d’autres produits essentiels. Ce châtiment collectif humiliant risque de fournir le terreau pour de futures violences. Il ne peut en aucun cas permettre de bâtir la paix juste et durable.

Demandez aux autorités irakiennes de mettre fin à cette injustice et de protéger ces femmes et enfants contre les violences et discriminations dont ils sont victimes.

J'agis

Signer en ligne
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition