Signer en ligne Libérez l’avocat Wang Quanzhang

Quanquan, cinq ans, pense que son père est un héros, mais il ne l’a pas vu depuis presque trois ans, car celui-ci est détenu par le gouvernement chinois. La Chine a mené en juillet 2015 une véritable opération de répression à l’encontre des avocats des droits humains. Wang Quanzhang est le dernier avocat à être encore emprisonné. Il doit être libéré.

LA RÉPRESSION CHINOISE ENVERS LES AVOCATS DE DROITS HUMAINS

Wang Quanzhang est un avocat du cabinet juridique Fengrui à Pékin. Iil a défendu les droits humains de clients dans des affaires jugées sensibles par le gouvernement chinois, notamment des membres du Fa Lun Gong, un mouvement spirituel persécuté et illégal en Chine. Il a également pris en charge des affaires qui concernent des membres du Mouvement des nouveaux citoyens, un réseau informel de militants associatifs persécuté depuis début 2014.
Parce qu’il représente des « parias », il a fait l’objet de multiples actes d’intimidation : à l’époque, il a notamment été expulsé d’un tribunal où il défendait des membres du Fa Lun Gong et il a été frappé par la police.

En juillet 2015, il a été embarqué par des agents de sécurité lors d’une rafle à son cabinet. Il a été placé en résidence surveillée puis officiellement arrêté en janvier 2016 pour « subversion du pouvoir de l’État ». Depuis son arrestation, on lui refuse l’accès à un avocat de son choix et à sa famille. Il est le seul avocat toujours détenu après la répression massive de 2015 qui a visé près de 250 avocats et militants. Sans moyen de communication fiable, sa famille ne sait pas où il est détenu, ni s’il est toujours vivant.

AIDEZ WANG QUANZHANG À RENTRER CHEZ LUI AUPRÈS DE SA FAMILLE

Le fils de Wang Quanzhang, Quanquan et sa femme, Li Wenzu, essaient de le sauver et de faire en sorte qu’il rentre à la maison sain et sauf. À l’occasion des 1 000 jours de la disparition de son mari, en avril 2018, Li Wenzu a entamé une marche de 100 km de Pékin à Tianjin, où il pourrait se trouver. Bien que les autorités ne l’aient pas laissée continuer, Li Wenzu pense que, si elle n’a pas subi plus de harcèlement depuis, c’est que le reste du monde est attentif à la situation.

Le gouvernement chinois doit abandonner les charges retenues contre Wang Quanzhang et le laisser rentrer chez lui immédiatement. Soutenez Quanquan et sa mère dans leur combat pour que Wang Quanzhang soit de retour auprès de ceux qui l’aiment. Signez notre pétition en ligne.

J'agis

Signer en ligne
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition