Signer en ligne Libérez Nabeel Rajab

ENCORE UNE ATTEINTE À LA LIBERTÉ D’EXPRESSION À BAHREÏN

L’éminent défenseur des droits humains bahreïni Nabeel Rajab, déjà derrière les barreaux, risque d’être à nouveau condamné. Le président du Centre des droits humains de Bahreïn a été condamné en juillet 2017 à deux ans en prison pour avoir « diffusé des rumeurs et de fausses informations au sujet de la situation interne du royaume risquant de porter atteinte à son prestige et à son statut », suite à des interviews qu’il a données entre 2015 et 2016. Il a été détenu à l’isolement durant plus de neuf mois. Cette sentence a été confirmée en appel le 15 janvier dernier.

Le 21 février, il sera à nouveau jugé pour une autre affaire, pour laquelle il risque 15 ans de prison. Il est inculpé de « diffusion de fausses rumeurs en temps de guerre », d » outrage aux autorités publiques » (notamment le ministère de l’Intérieur) et d » outrage à un pays étranger », pour avoir tweeté et retweeté des messages au sujet des frappes aériennes de la coalition menée par l’Arabie saoudite au Yémen, ainsi que d’autres messages concernant des allégations d’actes de torture commis à la prison de Jaww dans laquelle il est incarcéré.

Nabeel Rajab est un prisonnier d’opinion. Il ne faisait que son travail, qui consiste à pointer du doigt les violations des droits humains commises par Bahreïn et d’autres États, pour demander qu’il y soit mis fin. Les autorités bahreïnites l’ont condamné pour le faire taire, dans un contexte de répression accrue des libertés.

UNE SITUATION CRITIQUE POUR LES DROITS HUMAINS

Depuis juin 2016, les autorités bahreïnites ont nettement intensifié leur répression contre la dissidence, s’appuyant sur tout un éventail de moyens de répression – harcèlement, détention arbitraire et torture. Les principales cibles de cette répression tous azimuts sont les défenseurs des droits humains, les avocats, les journalistes, les militants politiques, les dignitaires chiites et les militants pacifiques. Les autorités invoquent de plus en plus des dispositions du Code pénal bahreïnite qui criminalisent la liberté d’expression pour poursuivre en justice ceux qui ne font qu’exprimer leur opinion.

La société civile bahreïnite, jadis très dynamique, se trouve réduite à quelques voix isolées ayant encore le courage de s’exprimer. Des défenseurs des droits humains ont fait l’objet de représailles pour avoir cherché à coopérer avec l’ONU, notamment d’interdictions de voyager fondées parfois sur des accusations forgées de toutes pièces, en vue de les empêcher de se rendre au siège de l’ONU à Genève. Leurs proches qui vivent à l’étranger sont pris pour cibles, à titre de représailles directes lorsque ces défenseurs prennent la parole à l’ONU.

NABEEL RAJAB DOIT ÊTRE LIBÉRÉ

Signez au plus vite notre pétition demandant au roi de Bahreïn de libérer immédiatement et sans condition le prisonnier d’opinion Nabeel Rajab.

J'agis

Signer en ligne
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Libérez Ahed Tamimi

Libérez Ahed Tamimi ! Cette jeune fille risque jusqu’à 10 ans de prison pour une altercation avec des soldats israéliens. Signez la pétition