Signer en ligne Pétition #JeSuisHumain : demandez une Belgique qui protège celles et ceux qui en ont besoin

Les personnes contraintes de fuir de chez elles n’ont jamais été aussi nombreuses dans le monde. En 2016, seule une infime minorité d’entre elles a pu trouver refuge dans les pays les plus riches, qui laissent une poignée de pays faire face seuls à la quasi-totalité des 21 millions de réfugiés du monde. Chaque jour qui passe, leur indécision et leur inaction causent d’immenses souffrances humaines.

Des risques plus élevés pour certains du fait de leur identité de genre
Parmi les centaines de milliers de personnes qui ont fui des guerres ou des persécutions, certaines nécessitent en plus une attention spécifique étant particulièrement exposées à des risques de violences, il s’agit essentiellement des personnes menacées en raison de leur genre, de leur âge ou de leurs besoins de soins.

Que font et que pourraient faire les États ?
Or, au lieu de protéger les personnes en quête de protection, la plupart des États leur claquent la porte au nez et érigent des murs pour les empêcher de venir demander l’asile “chez nous”.

Pourtant, les voies sûres et légales, telles que le regroupement familial qui permet à des réfugiés d’être rejoints par certains membres de leur famille, sont des « voies d’accès » à la sécurité que les gouvernements peuvent ouvrir dans les situations d’urgence, tout comme le sont la réinstallation et les visas humanitaires. L’établissement de telles voies permettra à un nombre beaucoup plus élevé de personnes en besoin de protection de se rendre dans de nouveaux pays d’accueil de manière sûre et organisée.

Défendons ce qui nous unit
Alors que la population belge semble de plus en plus réfractaire à l’accueil des réfugiés et des migrants, il est primordial de rappeler que les personnes fuyant les conflits et les persécutions trop souvent associées à des victimes (au mieux) ou à des terroristes (au pire), sont avant tout des êtres humains avec des droits, dont celui d’être protégés.

Ensemble, nous pouvons faire de la Belgique un pays plus accueillant. Parce que notre réaction à la crise mondiale des réfugiés déterminera le monde dans lequel nous et les générations futures allons vivre demain et parce qu’il est temps de défendre ce qui nous unit en tant qu’être humain, faites entendre votre voix à notre gouvernement.

Des solutions

Aujourd’hui, les pays voisins de zones de conflits accueillent la grande majorité des personnes qui fuient les persécutions. Or un système simple d’évaluation des capacités d’accueil des réfugiés, s’appuyant sur des critères tels que la richesse, la population et le taux chômage, permettrait de procéder à un réel partage de responsabilité en matière d’accueil des réfugiés. Davantage de gouvernements doivent montrer l’exemple et faire preuve de volonté politique.

Par ailleurs, tous les pays peuvent aider à protéger les réfugiés, notamment par le biais de la réinstallation et par la mise en place d’autres voies d’accès sûres et légales. La réinstallation permet de protéger les réfugiés les plus vulnérables (les personnes qui ont été torturées, par exemple, ou les femmes qui restent exposées à des risques de violences). Et pourtant, malgré leurs engagements, la plupart des gouvernements ne réinstallent pas en suffisance les personnes en besoin urgent de protection. Quant aux gouvernements européens, ils ne transfèrent - via le processus de relocalisation - qu’au compte-gouttes les demandeurs d’asile et réfugiés depuis la Grèce et l’Italie, les abandonnant à un sort cruel. En ce début d’année, à peine 14 000 personnes sur un engagement de 22 500) ont été réinstallées dont près de 600 en Belgique, et seules 13 000 (sur un engagement de 160 000) ont été relocalisées depuis la Grèce et l’Italie, dont un peu moins de 300 en Belgique. Autant dire, une goutte d’eau…

Des peurs et des préjugés

Parallèlement à ce manque de volonté politique, certains médias et responsables politiques manipulent la réalité et déshumanisent les personnes réfugiées, qualifiant leur situation d’« illégale » ou les présentant comme des « envahisseurs » sans visage qui sont une « menace pour la sécurité ». Aujourd’hui, un constat s’impose, et les sondages le confirment : les Belges, comme beaucoup d’Européens, sont de plus en plus réfractaires à l’accueil des demandeurs d’asile ou des réfugiés en raison souvent de préjugés et d’idées reçues qui entretiennent la peur de “l’autre” et provoquent des discours de rejet, voire de haine. Une peur encore exacerbée par le climat ambiant et les amalgames qu’entretiennent sans complexe certains de nos dirigeants entre terrorisme et migration...

Il est temps d’agir pour prendre le contre-pied de ces tendances, défendre ce qui nous unit en tant qu’êtres humains, aller à l’encontre des idées reçues en rectifiant la vérité, et proposer des solutions concrètes à nos gouvernements.

Les violences liées au genre
Les violences liées au genre sont des violences commises contre une personne en raison de son genre. Elles peuvent viser des femmes et des filles, mais aussi d’autres personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité ou expression de genre réelle ou supposée, ainsi que des hommes dont la « masculinité » est mise en doute.

La violence liée au genre est d’autant plus une préoccupation pour les migrants et demandeurs d’asiles qui sont contraints de fuir leurs foyers. En effet les violences liées au genre peuvent se manifester dans le pays d’origine qui trop souvent ne garantit pas un accès à la justice suffisant pour les personnes victimes de ce type de violence, donc être la raison du départ. Elles peuvent aussi se manifester tout au long du voyage et dans les pays de transit.

Le voyage étant une période d’insécurité, ils sont d’autant plus sous le risque d’être victimes de crimes et de violence, surtout depuis qu’ils n’ont pas d’autre choix que de recourir à des passeurs pour atteindre un pays sûr. Et enfin le risque pour les migrants et réfugiés d’être exposé à de la violence liée au genre existe également dans les pays de destination où les camps sont malheureusement peu sûres et où le risque d’exploitation, de harcèlement sexuel ou de violence au sein de la population d’accueil ou de la part d’employeurs ou de propriétaires est bien réel.

Les femmes et jeunes filles sont particulièrement exposées à ce type de violences, telles que le viol et d’autres formes de violences sexuelles. Il en va de même pour les actes de violence à l’égard des personnes LGBTI (lesbiennes, gays et personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées).

En Amérique centrale, des personnes LGBTI font l’objet de menaces et d’agressions de la part de groupes criminels armés, et les autorités se montrent souvent incapables d’offrir une protection suffisante contre les violences liées au genre. C’est le cas de “Patricia” une salvadorienne transgenre qui a fui vers le mexique parce qu’elle était persécutée par un groupe armé qui lui extorquait de l’argent et la police qui l’a frappé harcelée et extorqué. Elle a ensuite subi un vol et une agression durant son voyage vers le mexique où elle s’est vue être victime de discrimination.

Le cas des réfugiés au Liban est tout aussi préoccupant et particulièrement la situation des femmes et des filles. Depuis janvier 2015, le gouvernement libanais a introduit de nouveaux critères onéreux pour le renouvellement des permis de séjour des réfugiés. Les réfugiés sans permis en règle sont considérés comme en infraction avec la loi libanaise s’ils n’ont pas de permis de séjour en règle, ce qui est le cas la plupart d’entre eux aujourd’hui. L’absence de statut légal des réfugiés au Liban, restreint leur la liberté de mouvement et les expose davantage au risque d’exploitation professionnelle, notamment de travail forcé, d’exploitation sexuelle et de traite, ainsi qu’au risque de violences sexuelles et liées au genre, de harcèlement, d’arrestation et de détention arbitraire. De part le manque de permis, leur protection et l’accès à la justice sont quasi inexistants alors que les femmes en particulier sont soumises à un harcèlement sexuel quasiment quotidien.

Il est essentiel que les personnes victimes de violences liées au genre puissent bénéficier d’un réel accès à la justice et que davantage de mesures spécifiques de protection soient prises à leur égard.

J'agis

Signer en ligne
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir